Total lave plus vert

Quand une entreprise gagne sa vie à vendre du pétrole, et donc participe activement au réchauffement climatique, il lui est difficile de faire croire qu’elle oeuvre pour l’écologie. Et quand la même entreprise embauche un(e) « Chargé(e) d’Affaires et de Missions Environnement », ne pensons pas qu’il s’agit de réduire son emprunte carbone.

C’est ainsi que Total, dans une annonce d’emploi, précise pour son embauche que le candidat devra « Coordonner les bureaux d’études en charge des dossiers réglementaires (étude d’impacts, évaluation des incidences Natura 2000, dérogation à la destruction d’espèces protégées, défrichement, loi sur l’eau, compensation agricole, etc.) et assurer une analyse critique des expertises environnementales (écologiques, paysagères, hydrauliques, agricoles, etc.). 

Vous avez bien lu: chez Total, on embauche pour déroger aux lois sur la protection des espèces en danger, semble-t-il pas pour les respecter. 

PhN