A défaut d’être expert en politique internationale, le citoyen de La Réunion et du monde, se demande bien ce qu’il peut faire dans cette guerre, à la fois si proche et si loin de lui. S’engager ? Accueillir des réfugiés ? Et pourquoi pas répondre à l’appel à l’aide de Volodomyr Zelensky ?

Le président ukrainien a cité devant les députés français les noms des grands groupes qu’il accuse de « financer le meurtre d’enfants et de femmes, le viol » en étant les « sponsors de la machine de guerre de la Russie » : Auchan, Decathlon, Renault, Leroy Merlin. Il n’a pas évoqué Total mais le candidat vert Yannick Jadot le qualifie dans ses meetings de « complice de guerre » et a reçu en retour une plainte en diffamation du PDG.

Renault a fini par céder en suspendant son activité en Russie quand Leroy Merlin évoque un risque de faillite en cas de retrait. Et nous ? Sans avoir à accorder un bon point à Renault et un blâme à Leroy Merlin, c’est une nouvelle fois le moment de revenir sur terre et tourner le dos aux multinationales qui sont, par essence, les complices des impérialistes de tout poil. Acheter pays, consommer local, choisir le circuit court, c’est aussi tourner les talons au sentier des guerriers. Ça n’arrête peut-être pas un char mais ça ne remplit pas son réservoir.