On en voit encore, dans la presse ou les commerces, des promotions et autres jeux concours fleurir à l’occasion du 8 Mars.

La journée internationale pour les droits des femmes est trop souvent confondue avec une « journée de la femme », un concept situé quelque part entre la fête des mères et la saint Valentin.

L’occasion pour les marchands du temple de vendre quelques bouquets de fleurs, ou un soin chez l’esthéticienne.

Un détournement qui, s’il sert quelques appétits mercantiles, permet surtout aux tenants du patriarcat de détourner l’attention, de diluer le propos et de jeter le bébé avec l’eau du bain.

« Chérie, quand tu auras fini ta séance de spa, tu pourras retourner à ta vaisselle ? »

Ph. N.