« Chèque Noël solidaire » à l’Entre-Deux : nous sommes sceptiques

[LIBRE EXPRESSION]

Ceci est une parution signée des 2 élus du Mouvement Deux bras, un coeur, en action! liste d’opposition à la majorité municipale d’Entre-Deux. Nous participons activement aux conseils municipaux et nous nous exprimons aussi sur notre page Facebook (Deux bras, un coeur, en action!) N’hésitez pas à la consulter.

Avez-vous remarqué, dès décembre 2021, les belles bannières aux motifs de Noël dans la rue principale du centre ville d’Entre-Deux. De quoi s’agit-il?

Le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) d’Entre Deux a voté un dispositif « Chèque Noël solidaire au village » afin de donner un coup de pouce financier aux Entredeusiens, en cette fin d’année.

D’après le CCAS, cette mesure permettra à près de 1 600 familles d’obtenir un carnet de 10 tickets de 5 euros, soit 50 euros pour à la fois contribuer à leurs besoins dans le domaine de l’alimentation et aussi soutenir la production locale et les points de vente locaux.

Pour obtenir ces tickets, vous devez constituer un dossier et « justifier d’un niveau de vie inférieur à 2228 euros mensuels, tenant compte du nombre de personnes présentes dans le foyer », selon les termes assez flous du dispositif. 

M. Dominique Gonthier (élu d’une seconde liste d’opposition) a exprimé son mécontentement: « Quand nous avons besoin d’argent, vous dites, monsieur le maire, qu’il n’y en a pas, et là vous sortez subitement plus de 80 000 euros, juste avant les élections présidentielles! »

De notre côté, nous sommes sceptiques: 

  • Oui, il faut soutenir les commerces de l’Entre Deux, mais toute l’année, pas seulement en décembre. A Entre Deux, il n’y a jamais de fête commerciale par exemple.
  • 7 000 euros de logistique envisagés, c’est lourd, pour une opération à 80 000 euros. 
  • Cette mesure fait un peu « saupoudrage », 1 600 foyers, soit 80% de la population entredeusienne!! 
  • Le CCAS n’a-t-il pas plutôt vocation à aider les personnes très démunies?

On nous a répondu que la classe moyenne est souvent la plus oubliée et qu’elle souffre beaucoup. Nous en sommes tout à fait conscients. 

Développer l’emploi local non précaire et sur le long terme n’est, hélas, pas suffisamment la préoccupation de la majorité. Cela apporterait pourtant des solutions pérennes à la paupérisation et aux difficultés sociales qui ne seront pas résolues avec un petit cadeau de Noël.

Qu’en pensez-vous chers lecteurs?

Catherine Coulombel et Sylvano Legros

Chaque contribution publiée sur le média nous semble répondre aux critères élémentaires de respect des personnes et des communautés. Elle reflète l’opinion de son ou ses signataires, pas forcément celle du comité de lecture de Parallèle Sud.

A propos de l'auteur

Vous pouvez aimer ceci