Jessi-K, coiffeuse

salon de coiffure Addictif par Alice Dubard

TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS : ÉPISODE 1

Dans le cadre d’une enquête sur le travail des indépendants à La Réunion, je rencontre des professionnels de différents secteurs d’activités. Avant la conclusion finale de l’enquête, j’ai le plaisir de vous proposer des extraits de mes rencontres avec ces professionnels indépendants en plusieurs épisodes.

Auto-entrepreneure, elle travaille seule. Cette cheffe d’entreprise n’a pas de salarié, et aimerait avoir les moyens d’accueillir et de former un ou une apprentie dans son salon.

Le côté positif de ce travail en solitaire au quotidien, du mardi au samedi de 9h à 18h, se révèle dans la possibilité de l’intimité du moment beauté. Cette professionnelle de la coiffure aime son métier, elle le dit et cela se voit, et quand elle le raconte il y a comme une réanimation du stéréotype de la coiffeuse-confidente toujours là quand on est dans une situation où on a envie de se tirer les cheveux, ou qu’on se prend nous même la tête. 

Le salon « Addictif coiffure » est accessible sur rendez-vous et ouvert en journée continue.

Bien entendu, si le lieu est propice aux confidences, sa priorité reste d’offrir des prestations de qualité avec les compétences de son domaine professionnel, celui pour lequel cette patronne s’est formée et continue d’apprendre. 

Même si les heures de formation ont diminué au contraire des cotisations pour y avoir droit, elle actualise son savoir-faire en permanence et sa maitrise de la coupe tient sur la longueur ! Elle exerce son métier depuis 26 ans et a ouvert son propre salon depuis 8 ans.

Elle dit avoir hérité du goût du travail de ses parents. Le travail pour elle est « une dignité ». Et, le travail au service de la coiffure « une valorisation » du soi. Ce sont les piliers sur lesquels repose sa ténacité.

Un des facteurs de force auquel elle serait bien sûr favorable est une meilleure prise en compte des micro-entreprises par les autorités publiques, surtout dans cette période de sortie de crise sanitaire. Car, après une activité ralentie jusqu’à être complètement interrompue, aujourd’hui les clients recommencent à venir mais les charges et taxes encore plus. 

Les chiffres de l’INSEE confirment une très faible longévité des micro-entreprises à La Réunion.

Toutefois, face aux difficultés, cette professionnelle-ci ne transige pas sur la qualité de ses prestations pour tout public. Le salon, le matériel utilisé et le rituel coiffure restent parfaitement soignés du shampoing à la mise en forme des cheveux.

Ainsi, c’est proprement et consciencieusement que cette professionnelle prend soin de nos racines, au sens propre comme au figuré. Oui, même symboliquement elle prend soin de ce qui nous ancre puisque des clientes lui disent leur « faire économiser 70 euros de séance chez le psy ». 

Alors, si parfois nos racines nous pèsent, cette coiffeuse indépendante contribue à les revigorer et à les rendre éblouissantes de bien-être… jusqu’aux pointes ! Et, pour moins que 70 euros.

De la racine au sommet de nous même : on ressort donc de ce salon la tête légère, et surtout bien coiffée.

Alice Dubard

Chaque contribution publiée sur le média nous semble répondre aux critères élémentaires de respect des personnes et des communautés. Elle reflète l’opinion de son ou ses signataires, pas forcément celle du comité de lecture de Parallèle Sud.

A propos de l'auteur

Vous pouvez aimer ceci