Fraude électorale

Chambre de commerce et d'industrie de La Réunion

LIBRE EXPRESSION

L’élection des membres de la CCI de la Réunion vient de s’achever, mais une nouvelle fois, les doutes sur les  résultats et les suspicions de fraude électorale sont très importants. 

– Comment expliquer que plusieurs centaines d’électeurs ont certifié vouloir voter pour notre Groupement,  alors que le jour du dépouillement électronique, seulement 200 voix ont été comptabilisées pour UNION  PEI dans la catégorie « SERVICE ». 

– Comment expliquer que lors du contrôle des émargements des élections CCIR de novembre 2021, il a été  constaté un vote massif (près de 2000) au cours de la nuit du dernier jour de scrutin, et ce pratiquement  à la même heure. Le traitement des émargements 2022, actuellement en cours, va sans aucun doute  dévoiler les mêmes anomalies.  

Seule une fraude massive, comprenant à la fois le vol des enveloppes de vote et l’accès à la plate-forme de vote par internet, peut expliquer les résultats 2022. 

Ce vote électronique était censé garantir un niveau de sécurité élevé, mais c’est un leurre. Les matériels de vote  sont toujours distribués par La Poste, avec leur lot de vols et détournements d’enveloppes de vote et les accès  aux informations disponibles sur la plate-forme de vote ne semblent pas si sécurisés que cela.  

La société VOXALY qui a fourni l’application permettant le vote par internet indique dans son protocole de  sécurité qu’elle « assure l’effectivité des garanties de sécurité et de confidentialité de niveau 3 préconisées dans  les recommandations de la CNIL ». Ces recommandations prévoient 3 niveaux de sécurité cumulatifs.  

– L’objectif de sécurité de niveau 1-10, prévoit la désignation d’un expert indépendant pour le contrôle de  sécurité. 

– L’objectif de sécurité n° 1-11, prévoit la possibilité de rejouer le dépouillement et pour cela la  conservation de l’ensemble des éléments nécessaires à la vérification.  

– L’objectif de sécurité n° 3-04, donne la possibilité au bureau de déclencher manuellement un contrôle de  l’intégrité de la plateforme de vote. 

Il y a donc une possibilité d’intervenir sur cette plate-forme de vote et il est tout à fait imaginable qu’une ou  plusieurs personnes puissent modifier les votes effectués pour en falsifier les résultats, ou tout le moins être  informées en temps réel du nombre de votes pour chaque candidat et utiliser ces informations pour adapter ses  propres votes avec des enveloppes qui auraient été préalablement dérobées. 

Pour ces élections 2022, les informations sur le contrôle des opérations de vote via la plate-forme sont  inexistantes, notamment : 

– Qui est l’expert mandaté pour le contrôle de sécurité et qui l’a désigné ? 

– Est-il à la Réunion – Est-il interne à la CCI ou externe ? 

– Quelles sont les informations disponibles pendant les votes par les personnels qui ont un accès à la plate-forme de vote ?  

– Qui a accès aux résultats pendant la période de vote sur cette plate-forme internet ? 

Toutes ces questions ont été posées à la société VOXCALY, qui en a accusé réception et a répondu de la manière  suivante : « Nous avons bien réceptionné votre demande. Comme le prévoit le protocole, nous vous remercions de  bien vouloir adresser votre demande à la Préfecture de la Réunion. » 

Cela signifie qu’un protocole a été établi entre VOXALY et la Préfecture de la Réunion pour ces élections 2022. 

Nous allons demander à la Préfecture de la Réunion de répondre à ces questions et d’indiquer, si ce représentant  de l’état s’est acquitté seul de cette tâche ou s’il a délégué la désignation d’un expert et le contrôle des accès à la  plate-forme de vote à la CCI de la Réunion. 

Nous souhaitons que la lumière soit faite sur ces méthodes mafieuses qui perdurent depuis plus de 10 ans et qui  maintiennent à la tête de la CCI, les mêmes personnes avec les mêmes objectifs partisans au détriment des TPE et  PME de la Réunion. 

C’est pour ces raisons que nous avons déposé deux plaintes auprès de Madame la Procureure de la République : – La première pour vols et tentatives de vols d’enveloppes de vote ; 

– La seconde pour fraude électorale.

Union Péi

Chaque contribution publiée sur le média nous semble répondre aux critères élémentaires de respect des personnes et des communautés. Elle reflète l’opinion de son ou ses signataires, pas forcément celle du comité de lecture de Parallèle Sud.

A propos de l'auteur

Vous pouvez aimer ceci