Le prix de la tranquillité

[LIBRE EXPRESSION]

Suite aux graves violences qui ont secoué les rues de Bras-Fusil ces deux dernières nuits, je souhaite dire à Patrice Selly, maire de Saint-Benoît et homme de gauche, en m’adressant également à tous les Réunionnais qui souffrent de l’insécurité, que je partage son analyse.

La situation est préoccupante. Les statistiques officielles cachent un chiffre noir de la délinquance bien supérieur à La Réunion surtout en milieu urbain (par exemple : Saint-Benoît, Saint-André, Saint-Denis, etc …). En effet, beaucoup d’incivilités et de violences légères ne font même plus l’objet de plainte. Il faut à tout prix enrayer l’engrenage de la ghettoïsation. Quelques familles à problèmes nuisent au quotidien à une majorité de familles paisibles.

Les bailleurs sociaux doivent enfin prendre leurs responsabilités en expulsant les fauteurs de trouble.

Par ailleurs, les parents n’assumant pas l’éducation et le contrôle de leurs enfants mineurs doivent voir leurs droits à la CAF supprimés, comme la loi le prévoit. Hélas, cette mesure n’est quasiment pas appliquée.

La tranquillité des Réunionnais est à ce prix.

Jean Jacques MOREL, Conseiller régional, Président du groupe Objectif Ré’Union

Chaque contribution publiée sur le média nous semble répondre aux critères élémentaires de respect des personnes et des communautés. Elle reflète l’opinion de son ou ses signataires, pas forcément celle du comité de lecture de Parallèle Sud.

A propos de l'auteur

Vous pouvez aimer ceci