L’Écologie pour ne pas subir la guerre ! 

[LIBRE EXPRESSION]

La guerre en Ukraine a des impacts très directs sur les économies et sur les populations des Outre-mer. La Réunion est  touchée par les augmentations sans précédent du prix des matières premières (pétrole, gaz, blé) et les pénuries  (engrais). Le prix du litre d’essence sans plomb est passé de 1,35€ à 1,69€ en une année soit une hausse de plus de  25%. Le coût de la tonne d’engrais est actuellement de 1000 euros soit deux fois plus qu’il y a deux ans. 

Cette situation nous impose des changements dans nos modes de production et de consommation. 

Face à la flambée des prix du pétrole et des carburants, il est urgent d’accélérer le développement des énergies renouvelables pour atteindre au plus vite la souveraineté énergétique. Cette nouvelle dimension énergétique implique  des moyens accrus en recherche et développement, pour notamment la couverture des toits en photovoltaïques,  le déploiement des énergies marines, de l’éolien et de la géothermie. 

Allons vers la sobriété énergétique et les économies d’énergies. Pour sortir de notre dépendance aux énergies fossiles  dont les émissions de gaz à effet de serre sont responsables du réchauffement climatique. Pour sortir du tout pétrole et  de notre dépendance au tout-voiture. 

Nous devons nous déplacer autrement. Allons vers le développement des transports en commun, en particulier en  construisant un réseau ferré léger, type tram-train, et des téléphériques adaptés à nos pentes. Valorisons les mobilités  douces par la multiplication des pistes cyclables pour faciliter l’usage du vélo. Sortir de notre dépendance au tout-voiture  pourra nous permettre de maintenir notre pouvoir d’achat car utiliser les transports en commun allégera notre facture  carburant et notre budget voiture/assurance/entretien/ « crédit l’auto » 

La pénurie des intrants (engrais…) , en raison des nouvelles contraintes de l’industrie pétrochimique, accentuée par la guerre en  Ukraine, nous impose d’aller vers l’agroécologie avec l’utilisation de fertilisants naturels. Des solutions locales existent  déjà ! 

Face à la hausse du prix des denrées alimentaires, en particulier de la farine de blé et donc du pain, face aux difficultés  d’approvisionnement du fret, nous devons assurer notre souveraineté alimentaire. Il faut amplifier les circuits courts du  producteur au consommateur et contourner ainsi les puissants lobbys et monopoles qui cadenassent nos économies  insulaires. 

L’urgence écologique fait l’objet d’un consensus de plus en plus large et partagé : aux promoteurs d’actions écologique  et climatique dans leur vie quotidienne s’ajoutent tous types de citoyens, dont des militants des autres formations  politiques. Les mobilisations pour le climat, les marchés de producteurs bio, les gestes du quotidien de tri et de  recyclage sont des marqueurs d’un changement de mentalités. 

Toutes les conditions sont donc réunies pour qu’aujourd’hui encore plus, toutes nos forces vives s’engagent pour sortir  de notre dépendance aux énergies fossiles nocives pour le climat et pour notre pouvoir d’achat. Le moment nous  l’impose ! 

Vincent Defaud, Membre du Conseil Exécutif de Génération Ecologie, chargé des Outre-mer

Chaque contribution publiée sur le média nous semble répondre aux critères élémentaires de respect des personnes et des communautés. Elle reflète l’opinion de son ou ses signataires, pas forcément celle du comité de lecture de Parallèle Sud.

A propos de l'auteur

Vous pouvez aimer ceci