[Poème] Nos cadavres exquis // de l’Outre-mer

Sans couleur.

« Imagine-t-on la mort délicieuse des noyés ?

Qui pense à la mort des noyés ? », Anonyme, Contemporain

« Woo, lo la é la la, si la la é lé lé, la la la li léé », Cassiya

« Éya ! », Nèg la

Nout zil lé toujou la mem, non, anoumem ou sa nou lé ? Kosa néna lot koté la mer ? Rien ksa mem ? L’outre-mer sa in kouler.

Noir ou Blanc ?

Ile va falloir choisir, au moins l’un des deux camps.

//

Alors Blanc ?

Quand on a eu une île, une fois, une seule fois, on ne peut pas la laisser comme ça. En plan. Sans lui donner de nouvelles. Au contraire, il faut s’en occuper.

//

Veiller dessus.

Assize dessu. Desi.

Comme sur la prunelle de ses yeux.

À la fin, on obtiendra bien quelque chose

Comme un résultat quantifiable.

//

Francky ! Aou mem. Asiz, manz,

Ma payé !

//

Catherine Conconne, sénatrice des Antilles Françaises : « Le Sénat ne se contente pas de faire des rapports : il suit ses dossiers. C’est ce que nous avons fait le 7 juillet dernier avec la Direction générale des Outre-mer et le ministère de l’Écologie. Nous avons évalué ce qui a été fait depuis les catastrophes de Fiona et d’Irma. Nous avons réclamé des données fiables. »

//

Ma payé !

//

//

Julien Sartre

A propos de l'auteur

Julien Sartre

Journaliste d’investigation autant que reporter multipliant les aller-retour entre tous les « confettis de l’empire », Julien Sartre est spécialiste de l’Outre-mer français. Ancien correspondant du Quotidien de La Réunion à Paris, il travaille pour plusieurs journaux basés à Tahiti, aux Antilles et en Guyane et dans la capitale française. À Parallèle Sud, il a promis de compenser son empreinte carbone, sans renoncer à la lutte contre l’État colonial.

Vous pouvez aimer ceci