[Sports] La Réunion, terre de skate

skateboard Réunion

SKATEBOARD

Comment La Réunion est devenue terre de skate ? Le climat peut-être, qui permet de pratiquer presque toute l’année dans de bonnes conditions ? Des talents, sans aucun doute ! Mais aussi de nombreux investissements des municipalités dans des structures de qualité. 

Une étape du prestigieux FISE (22 et 23 Août 2015) à Expobat St Paul, de nombreux jeunes médaillés aux différents championnats de France chaque année. Lawrence Ravail médaillé d’or aux championnats de France de Bowl 2010. Laurent Gence, médaillé d’or en street à Gujan Mestras en 2014 sont Réunionnais. Seb Simon, Anthony Rousse, Damien Philippe, Gabin Herman sont les skateurs « péi » de référence, certains ont « sauté la mer » (nombreuses parutions dans des magazines spécialisés). Ils sont un peu la vitrine de ce sport de glisse à La Réunion.  

Réunion terre de skate
Très spectaculaire… © Photo Laure Dugrip-Dalle

La Réunion : une véritable « terre de skate »

Les municipalités ont bien cerné ce besoin d’installations de qualité pour une activité sportive désormais olympique, et particulièrement en vogue sur notre île. Skate-park à St Denis (Le Kratèr), Saint-André (Parc du Colosse), La Saline-les-Bains (Elio Canestri), Plateau-Caillou (ancien skate park du FISE Réunion 2015), Saint-Pierre (Ravine Blanche), Petite-Ile (Complexe Norbert Gennepy) et Ganofsky Park à Saint-Joseph. 

Ce sport, longtemps plus ou moins associé, à tort bien entendu, aux « mauvais garçons », s’est considérablement structuré. Une fédération, des ligues, des entraîneurs, des brevetés d’état, des éducateurs, de nombreux bénévoles, des structures dédiées un peu partout. À la Réunion aussi de nombreux clubs ont vu le jour, certains proposent, notamment dans le sud de l’île des encadrements de scolaires. Educateurs et bénévoles sont nombreux, de même que les partenaires, notamment parmi les nombreux « shops » de l’île qui parrainent de nombreux skateurs locaux. La Réunion est devenue véritablement une « terre de skate » ! 

Photo Laure Dugrip-Dalle
Laurent Gence dans ses oeuvres. © Photo Laure Dugrip-Dalle

Sport olympique depuis Tokyo

Le skateboard est un sport reconnu, parfaitement encadré, et qui est désormais sport olympique depuis les JO de Tokyo. Il sera sans nul doute l’un des sports phares en 2024 à Paris, avec très vraisemblablement quelques jeunes riders français.   

C’est sur le site du Ganofsky Park à Saint-Joseph qu’a lieu la deuxième manche du championnat régional de Bowl. Cette manche est organisée par le Club local Maillegraine, très investi sur Saint-Joseph. 

skateboard Réunion

Pour cette épreuve, des invités de marque ! En effet, l’équipe de France juniore vient d’arriver sur l’île pour un stage d’une dizaine de jours et aura été l’une des principales attractions de ces championnats. Ces jeunes, parfois très jeunes, skateurs (12 ou 13 ans pour certains d’entre eux) sont les skateurs de demain, ceux qui justement préparent les JO de 2024 à Paris. Leur coach est également à La Réunion pour détecter de jeunes talents du skate local. Il a accepté, comme deux de ses jeunes skateurs d’échanger avec Parallèle Sud

Charles-Elie Rousseau, Président de l’Association Maillegraine n’était pas peu fier de la belle organisation de son club « avec le soleil enfin, car l’an passé, nous avions du reporter à plusieurs reprises en raison de la pluie. Les résultats des runs sont rentrés directement et consultables de suite sur le site de la commission skate Réunion. Notre bowl est particulier, petit, donc rapide, cela permet des runs spectaculaires. La présence du public, nombreux, c’est un bonheur, et avec l’équipe de France, c’est un vrai plus cette année, l’occasion pour nos jeunes riders péi de découvrir le très haut niveau ». Effectivement, des runs « de folie », dans une ambiance « de folie » une grande partie de l’après-midi ! On en redemande ! 

Dominique Blumberger

A la rencontre de jeunes talents de l’équipe de France junior…

Louise-Aïna Taboulet (13 ans) : « Mes parents faisaient de la planche à voile à haut niveau. Ce sont eux qui m’ont fait découvrir le skate que je pratique depuis l’âge de six ans. Petit à petit, j’ai progressé, et aujourd’hui je me prépare pour être présente aux JO de Paris en 2024. J’ai la chance d’avoir des cours aménagés dans mon collège, qui me permettent de m’entraîner correctement, de participer à de grandes compétitions et à des stages ». 

Tom Martin (14 ans) : « J’ai commencé le skate à l’âge de cinq ans. Mon papa faisait du surf, et tenait un magasin de skate… Mes objectifs sont de faire du skate au niveau international et d’être qualifié pour les jeux de Paris en 2024. Je skate le soir après mes devoirs et le week-end surtout, en plus il y a des stages et des compétitions »

Florent Balesta : « une génération de talents »

Parallèle Sud : « Bonjour, vous êtes en stage sur notre île pour une dizaine de jours, pourquoi La Réunion, pourquoi cette période ? 

Florent Balesta, coach de l’équipe de France juniore : Tout bêtement parce qu’en métropole nous entrons dans l’hiver et nous manquons de structures couvertes. Le climat de La Réunion se prête parfaitement à ce type de stage, d’autant qu’il y a ici une grosse dynamique autour de la ligue et de ses acteurs, tous les équipements nécessaires pour travailler avec nos jeunes à la fois en street et en bowl. Nous avions l’habitude d’aller chercher ces conditions au Brésil. Nous sommes déjà venus il y a deux ans, nous reviendrons plus souvent. 

PS : Pourquoi de si jeunes skateurs ?

FB : Alors là, on se pose tous la question… On se rend compte que sur les podiums des championnats ces dernières années il y a de plus en plus de skateurs, surtout de skateuses très jeunes. C’est une génération de talents qui a été polie pendant des années, qui va continuer à progresser. Les nouvelles générations vont les pousser à encore progresser… Ces résultats sont le fruit du travail des éducateurs, des clubs, ces jeunes sont suivis sportivement, mais aussi médicalement, car on ne fait pas n’importe quoi compte-tenu de leur âge. On est attentif à leur développement physique, à leur scolarité, à les aider à mieux à vivre leur passion et leurs vies d’adolescents ». 

PS : Des conseils pour inciter les jeunes à venir au skate, pour éviter aussi que les parents s’inquiètent des risques de chutes notamment ? 

FB : Le skate est un sport jeune, mais qui s’est parfaitement structuré depuis une vingtaine d’années, avec une fédération, des ligues, des clubs, et surtout des éducateurs, des formateurs, qui prônent une culture technique, une culture skate avec ses valeurs : humilité, entraide, abnégation, persévérance, en toute sécurité. On apprend à gérer ses appuis, à se diriger, s’arrêter, freiner, se déplacer en respectant des codes, des règles. Le rôle de ces éducateurs est primordial. Dans les écoles de skate, les enfants trouveront de la camaraderie, de la fraternité, du fun, mais aussi une école de vie.

PS : Déjà des jeunes repérés sur ces deux trois jours à la Réunion ? 

FB : Je ne vais pas encore donner de noms, mais sur ce que j’ai déjà vu, beaucoup de jeunes ont des bases très solides, ils ont été très bien formés, et c’est l’essentiel. Ces bases vont leur permettre de pouvoir ouvrir leur répertoire technique et de progresser en toute sécurité.

PS : Un mot sur le site de Saint Joseph ? 

FB : Il est vraiment sympa, tout au sud de l’île. Il s’agit d’un petit pool qui n’existe guère dans les autres skate-park. C’est très intéressant d’avoir un site différent où les riders doivent s’adapter pour construire des runs avec leurs propres bagages techniques ».  

Entretien : Dominique Blumberger

A voir également sur le site de la ville de Saint-Joseph : https://www.facebook.com/watch/?v=480247744197634

 

A propos de l'auteur

Vous pouvez aimer ceci