[Sport] René-Paul Vitry, le papy trailer champion de France

COURSE DE MONTAGNE

L’homme est discret et se confie peu. Mais son palmarès parle pour lui. Il aura bientôt 53 ans, la passion est toujours intacte, et le niveau de performance exceptionnel !

René-Paul Vitry confie que lorsqu’il était à l’armée, il avait eu un résultat plutôt intéressant au test de Cooper qui lui avait permis de participer au Tour de l’Ile pédestre. « Je me suis toujours intéressé à la course, et en 2000, je suis allé au départ de la course de l’ail, et comme j’avais du temps, je suis remonté chercher un short et un tee-shirt, et j’ai fait la course ! J ’ai fini dans les cinquante premiers. Jean-Jacques (Prianon, entraîneur emblématique du COSPI Petite-Ile) m’a contacté, et j’ai pris assez vite une licence. Lui a vu que j’avais de grosses possibilités, mais je me disais un peu « laisse causer … » Et effectivement, l’année suivante, j’ai refait la course de l’ail, et j’ai fini troisième, mon premier podium ».

Et depuis, il enchaîne les courses, les victoires, les défis, à un âge ou beaucoup d’autres coureurs ont rangé leurs baskets au garage ! 

En pleine course

Champion de France de course en montagne fin avril

Son dernier exploit date d’un mois. Le 28 avril, il est sacré champion de France de course en montagne à Briançon, catégorie M3 (50-55ans), après avoir été champion régional. 14km, avec un dénivelé supérieur à 1000m. « Je n’avais pas emmené mes chaussures de trail. Il faisait beau. Mais le matin de la course, on a couru dans trente centimètres de neige, ça glissait sur plus de la moitié du parcours ! ». Mais au final, une sacrée performance !

« On est parti en France à une douzaine, avec des jeunes du club qu’on voulait encourager et à qui on voulait faire découvrir le haut niveau. Sur place on a fait un petit site d’entraînement. Et il y avait aussi des gens du Cospi en plus ! L’ambiance était vraiment sympa. »

Sur le podium des championnats de France à Briançon

Un palmarès éloquent

Des victoires à La Réunion sur de nombreuses courses : Bassin Vital, Dodo Trail, Trail des anglais, course de l’ail, Transdimitile à quatre reprises (2010, 2012, 2013, 2015), l’Arc à En Ciel à deux reprises (2014-2016), vainqueur du challenge montagne 2014, champion de La Réunion de trail court, des victoires sur la route, en cross-country, sa « première spécialité » … En métropole, victoire sur le prestigieux UT4M (Grenoble – 90km) en 2014.

Et en point d’orgue, la victoire sur le Trail de Bourbon 2010. « Mon plus beau souvenir. Ma femme et mes filles devaient m’attendre à la Redoute, mais sont tombées en panne de voiture. Grâce à la radio RER à l’époque, un copain, Stéphane, est passé chercher madame et les enfants à la maison. Il a roulé vite, et elles venaient d’arriver à la Redoute quand j’entrais sur le stade. On a terminé tous ensemble. C’est le plus beau souvenir de ma carrière. Ma famille c’est mon premier supporter, et je les remercie de leur soutien. Je remercie aussi mon camarade d’entrainement Jean-Eddy Lauret (autre coureur de premier plan du Cospi). On a souvent terminé une course ensemble !»

A l’arrivée du Trail de Bourbon en 2010 (photo imazpress)

L’homme

René-Paul Vitry est un jeune grand-père, il confie donc bien volontiers vouloir passer du temps avec sa petite-fille et avec sa famille qui l’a toujours soutenu. Mais sa passion première, c’est le bricolage. Il fait à peu près tout ! En ce moment, il est en train de retaper sa maison, y passe beaucoup de temps et d’énergie.

Homme simple, modeste, voire un peu taiseux, il ne se confie guère et avoue à demi-mots qu’il n’aime pas trop se mettre en avant. Il est agent d’entretien au stade de Petite-Ile, pour enchaîner sur l’entraînement, c’est l’idéal !

Après le titre, le moment avec les copains traileurs

Hygiène de vie… Pas vraiment !

Quand on lui parle de sa longévité dans ce milieu du trail quand même très exigeant, il explique simplement qu’il n’a pas vraiment une hygiène de vie stricte. Il s’entraîne beaucoup, et explique que « souvent c’est très intense ». Mais il aime aussi bien manger ! Avant toutes les courses ou presque, il aime manger son boucané-bringelles qui est son plat favori ! Au point même d’en emmener dans la valise lorsqu’il va courir en métropole ! Faire attention au « gras » est tout sauf une obsession, et un bon repas en famille ou entre amis, il aime bien ça ! « La veille du championnat de France, j’ai mangé une bonne côte de porc bien grasse, ça m’a plutôt bien réussi » ajoute-il un sourire en coin.

Sans doute passé à côté d’une très grande carrière

Si René-Paul Vitry avait pu commencer sa carrière de coureur plus tôt, compte-tenu de ses qualités assez hors du commun, il aurait sans doute eu une grande carrière au moins sur le plan national. C’est en tous cas ce que pensent nombre de ses amis d’entraînement. Ce qu’il fait encore à cinquante ans passés force l’admiration. Il aime courir, « que ce soit sur piste, en cross, ou sur la route, mais c’est en trail que j’ai le plus de plaisir. J’ai quand même le regret de ne pas avoir pu finir le grand raid. Je crois que c’est une course qui ne m’attire pas plus que ça, et chaque fois je n’étais pas vraiment prêt et je me suis blessé… ». Il avoue néanmoins parfois une certaine lassitude, « mais comme je suis encore très performant, j’arrive à me forcer à y aller quand même. Fractionner à mon âge c’est parfois difficile, mais je suis un compétiteur et comme il y a encore des résultats… ! » 

Le prochain défi

Vainqueur du Trail des Sources, il a gagné le droit de participer au prochain Marathon du Mont Blanc (lot du vainqueur : voyage, inscription, hébergement pris en charge). A la fin du mois de Juin, ce sera donc son prochain défi !

Dominique Blumberger

JEAN-EDDY LAURET, AMI ET CAMARADE D’ENTRAÎNEMENT DEPUIS UNE QUINZAINE D’ANNÉES

Un Monsieur avec une grande humilité et une grande simplicité

« René Paul et moi on se connaît depuis 2009. On s’est rencontré sur la Cimalasienne à une table de ravitaillement et on a partagé un pain d’épice ! Fin 2009, j’ai intégré le COSPI et c’est tout naturellement que René Paul et moi on a commencé à s’entrainer ensemble et c’était comme si on s’était toujours connus. Ça fait un peu plus de 15 ans maintenant, on se voit presque tous les jours, et j’aime bien dire que je suis presque sur son livret de famille ! 

On se complémente bien, on n’a pas du tout les mêmes caractères, et nos différences nous ont fait progresser et avancer dans la pratique de notre sport mais aussi dans la vie d’une manière générale. C’est un garçon qui m’impressionne tous les jours. Pour moi c’est un athlète qui, s’il avait été découvert plus tôt, aurait eu plus de titres au niveau national. Il est aujourd’hui en Master 3, il est champion de France de Course de Montagne dans sa catégorie, mais si on lui donne les moyens financiers et le temps, il peut aussi décrocher des titres aux championnat de France M3 en Trail que ce soit sur le long ou le court. Au plan local il rivalise toujours avec les meilleurs au scratch.    

Pour finir je dirai qu’au-delà de ses qualités d’athlète c’est aussi un Monsieur avec une grande humilité et une grande simplicité. A titre personnel, je sais que si j’ai progressé dans le trail, certes les plans d’entrainements du COSPI réalisés par Jean Jacques Prianon et Raymond Fontaine m’ont fait avancer, mais la petite touche René-Paul Vitry est là aussi. »

Propos recueillis par D.B.

A propos de l'auteur

Dominique Blumberger | Reporter citoyen

Ancien enseignant et directeur à la retraite, Dominique Blumberger a rejoint les rangs de Parallèle Sud quelques mois après son lancement. Passionné de musique, gros lecteur, il propose d’ailleurs souvent des avis sur ce qu’il a lu, il affectionne plus particulièrement les portraits et les reportages.