Océan indien depuis l'Etang-Salé

Transmissions et Conciliations de l’Eau par les Ancêtres Gardiens

LIBRE EXPRESSION

Cela fait une éternité maintenant que nous avons traversé de force cet océan indien. Entravés, entassés, fouettés, blessés, nous entendions nos souffrances et nous t’entendions toi mer aussi déchaînés que nous étions enchaînés. Nous te découvrions pour la première fois.

Nous venions des terres, riches tribus des terres, l’eau était pour nous, sources, ruisseaux, rivières étangs ou lacs mais toi mer nous ne t’avions jamais vu ni entendu.

Nous avons supporté tes remous pendant des jours et des jours, beaucoup d’entre nous en sommes morts de peur. Toi eau d’habitude si calme comment pouvais tu te transformer en ce monstre immense sans fin sans fond et gronder autant. Que t’avions nous fait?

Nous nous sommes transmis nos peurs de nos traversées en toi, mer

De ce trajet d’esclaves sur cet océan, de nos terres chéries à cette Ile de la Réunion, terre nouvelle imposée nous en avons gardé des meurtrissures. Nos mémoires de souffrances nous ont transmis la peur, l’incompréhension, le doute face à toi la mer. Nous n’avons pu t’apprivoiser comme nous l’avais appris chez nous nos chefs de villages. Ancrés de force par nos chaînes d’esclaves à la terre nous ne sommes jamais retournés vers toi. Nous avions compris que tu nous encerclais, nous t’en avons voulu. Te traverser à nouveau était impossible, nous te regardions comme une gardienne féroce.

En fuite à l’interieur des terres beaucoup d’entre nous avons oublié ton visage. Nous nous sommes transmis nos peurs et nos douleurs de nos traversées en toi, mer.

Il y a quelques semaines dans son périple d’âme une gardienne Tekoma à marcher jusqu’à nous et nous a ramené un coquillage. Son chant nous a transmis ton chant, mer.

Ton chant de guérison, ton chant d’eau apaisante si douce.

Nous nous sommes décidé à revenir vers toi. A de nouveau faire ce lien entre Terre, Ciel et Mer.

Tekoma n’est pas rentrée dans l’eau, elle ne s’est pas baignée en toi. Elle a compris nos échanges, elle a compris notre besoin cette fois ci de danser en douceur et de chanter en chœur avec toi, mer. Elle a compris notre besoin de te ritualiser, notre demande de révérence et de respect envers toi.

Conciliation

Aujourd’hui nous nous concilions à toi.

De Mafate, à Cilaos, de l’océan survolée à l’océan voguée nous revenons vers toi.

La conciliation se fait doucement travers les pleurs de notre gardienne.

Nous retrouvons des bouts de nous dans cette traversée voulue aujourd’hui des terres vers toi. Nous revenons à nous enfin.

Nous revenons vers toi Mère 🙏🙏💦

Texte transmis ce jour par les gardiens et gardiennes rencontrés lors de ma traversée dans les cirques à la rencontre de l’Eau, de sa source minérale à sa mer-mère.

Sonia Hubert

A propos de l'auteur

Sur le même thème