10 Mai : L’émancipation est toujours un combat vivant à La Réunion.

LIBRE EXPRESSION

La journée du 10 mai célèbre les mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et leurs abolitions. Elle fait référence à la date d’adoption de la loi Taubira du 2001. La France est le premier État et le seul qui ait déclaré la traite négrière et l’esclavage « crime contre l’humanité ». 

Cette journée du 10 mai nous demande de continuer à nous battre contre l’aliénation des esprits et de maintenir les luttes pour l’émancipation. Aujourd’hui la domination se traduit par des pratiques économiques, sociales, culturelles connues de tous. En effet, les nombreux freins que peuvent connaître les citoyens et citoyennes de notre île pour sortir de leur condition d’origine est la preuve que la société réunionnaise est enfermée dans système aliénant !

Aujourd’hui encore, la domination économique se traduit par les monopoles, nés de l’économie de comptoirs, le maintien d’une agriculture qui ne nourrit pas correctement sa population et la forte dépendance à l’extérieur. Cette domination économique empêche nos entreprises ainsi que notre agriculture vivrière de se développer et de créer de l’emploi. Cette domination économique maintient depuis des années trop de Réunionnais et de Réunionnaises dans la pauvreté, la détresse et le découragement !

Nous croyons fermement au retour du refus, du courage et de l’éducation

Concernant la domination culturelle, elle prive les natifs et les nouveaux arrivants de la richesse de la culture créole, née du métissage. Quand ouvrirons-nous sans peur les livres entiers de l’histoire, de la géographie, de la langue et de sociologie du bassin indo-africain dont nous faisons partie ? La volonté sans cesse répétée des jeunes qui sont à la recherche de leur héritage, montre bien que nos politiques publiques ne sont pas au rendez-vous. Allons-nous continuer à laisser nos héritages disparaître sous les coups d’une mondialisation sans limite ?

Nous citoyens, nous sommes le premier moteur de notre émancipation. Pour y parvenir, nous croyons fermement au retour du refus, du courage et de l’éducation. Les acteurs éducatifs, scientifiques, culturels et économiques sont prêts à nous éclairer pour nous libérer du poids du passé et libérer le Furcy qui sommeille en chaque habitant de La Réunion !

Dans le XXIème siècle qui est en train de s’écrire et se réaliser sous nos yeux, émancipons-nous dans le respect et la coopération.  Combattre l’aliénation et défendre l’émancipation c’est garantir la solidité du contrat social et écologique réunionnais que nous construisons chaque jour depuis 2021 !

Giovanni Payet

Chaque contribution publiée sur le média nous semble répondre aux critères élémentaires de respect des personnes et des communautés. Elle reflète l’opinion de son ou ses signataires, pas forcément celle du comité de lecture de Parallèle Sud.

+

Esclavage et émancipation à La Réunion

A propos de l'auteur

Kozé libre

A Parallèle Sud nous nous faisons un devoir de libérer la parole, de la partager, sous quelque forme que ce soit (texte, vidéo, son, BD...). Chaque lecteur peut être acteur et créer l'information. Celle-ci est relue par le comité de lecture de Parallèle Sud avant d'être publiée dans la Libre expression.