À quand un encadrement des loyers à La Réunion ?

case maison immobilier créole

LIBRE EXPRESSION

Sitôt ma première année de bail fêtée, j’ai eu la désagréable surprise, comme beaucoup de locataires, de voir mon loyer révisé. 20 euros de plus par mois soit près de 240 euros par an !

Alors, qu’attend – on pour déclarer La Réunion « zone tendue » ?

La zone tendue est une disposition de la loi ALUR de 2014 qui désigne une zone où « il existe un déséquilibre marqué entre l’offre et la demande de logements, entraînant des difficultés d’accès aux logements dans l’ensemble du parc résidentiel existant ».

Concrètement, cela permettrait quoi ?

* des règles de fixation du loyer pour les logements vides et meublés à usage de résidence principale du locataire ;

* la réduction du préavis à 1 mois pour les locataires ;

* la mise en place de la taxe sur les logements vacants en cas de vacance volontaire du logement d’au moins un an ;

* la possible majoration de la taxe d’habitation.

Je n’ai pas besoin de rappeler la tension qui existe actuellement sur le marché locatif réunionnais ! Ou les difficultés pour beaucoup d’accéder à un logement faute de ressources ?

Faut – il attendre que les locataires soient pris à la gorge pour commencer à réfléchir à une telle mesure ? Pendant que les propriétaires, SCI en premier lieu, s’en mettent plein les poches ?

Je ne parle même pas des prix des locations saisonnières type Airbnb qui en deviennent indécents. Tout est lié !

Que reste – t – il à faire maintenant ?

Demander à nos députés d’inscrire urgemment La Réunion au « décret zone tendue » ou décret n° 2013-392 du 10 mai 2013. Ce décret est modifié régulièrement pour ajouter ou supprimer des communes au gré de l’évolution du marché immobilier et du parc de logement sur le territoire.

Aucune ville d’Outre – mer n’y figure actuellement alors que le déséquilibre entre l’offre et la demande de logements est quasi une constante sur nos territoires.

Le débat autour de la loi « pouvoir d’achat » démarre le 18 juillet à l’Assemblée Nationale. C’est une opportunité pour proposer cette mesure d’utilité publique. Elle figurait d’ailleurs dans le programme de plusieurs députés élus. En espérant que nos députés sauront jouer le jeu de l’opposition constructive…

Chloé Baillif

Chaque contribution publiée sur le média nous semble répondre aux critères élémentaires de respect des personnes et des communautés. Elle reflète l’opinion de son ou ses signataires, pas forcément celle du comité de lecture de Parallèle Sud.

A propos de l'auteur

Vous pouvez aimer ceci