Economie circulaire. L’essor des produits biosourcés issus du bambou peut-il intéresser l’Océan indien ?

LIBRE EXPRESSION

Le Calumet, parfois appelé Bambou de La Réunion, (Nastus borbonicus) est le bambou endémique de l’île de La Réunion, dans l’Océan Indien. Son bois est assez résistant au feu, et il est capable de former des buissons assez denses. On le trouve souvent en « cohabitation » avec le Tamarin des hauts, particulièrement dans l’ouest et le nord de l’île. 

Le pavillon du Vietnam à l’Expo universelle 2020 de Dubaï a voulu montrer que l’humble bambou est au cœur de l’économie circulaire. La scène de ce pays d’Extrême Orient était composée à 100 % de bambou, un matériau vietnamien qui a historiquement joué un rôle important dans la vie quotidienne et qui envoie également un message aux pays forestiers sur nos objectifs pour un avenir durable. 

Le Vietnam est l’une des destinations à la croissance la plus rapide au monde en termes de nombre de visiteurs et a été salué comme la première destination du patrimoine mondial (2019 et 2020) par les World Travel Awards. A Dubaï, le pavillon Vietnamien a envoyé un message fort sur la façon dont son passé rural traditionnel est lié à son avenir avant-gardiste, qui vise le développement économique durable. 

Le pavillon vietnamien a attiré de nombreux visiteurs sur sa scène ouverte en bambou, amplifiant sa missive de connexion, tout en servant d’espace interactif où les visiteurs pouvaient regarder des spectacles de marionnettes et apprendre à jouer des instruments traditionnels. L’ensemble du pavillon était axé sur la connectivité, et la scène établissait un lien entre la nature et les gens, le passé et le présent, la tradition et la modernité. Le pavillon a accueilli des spectacles musicaux quotidiens, dans lesquels des interprètes jouaient des instruments uniques au Vietnam – y compris le t’rung, la cithare à une corde et le k’long put – tous fabriqués à partir de bambou. Au Vietnam, les citoyens pensent qu’il y a un esprit à l’intérieur de l’instrument qui se dégage afin de protéger et de rendre les gens heureux. 

Le bambou sert également de symbole à la fois du peuple et de la culture du pays. Les Vietnamiens se tiennent debout face à l’adversité et sont résilients. Lorsque vous coupez le bambou, il repousse, il est donc très durable. Les racines sont également très solides et aident à protéger le Vietnam des inondations. 

La jeunesse vietnamienne a pris le relais et veille à ce que ce matériau essentiel reste une partie des coutumes du pays. La jeune génération vietnamienne est très intéressée par l’économie circulaire et propose de nombreuses façons inventives de la faire avancer. Des étudiants ont conçu des vélos en bambou durables, qui deviennent de plus en plus populaires – TreviBike [‘trevi’ signifie bambou en vietnamien] crée des vélos de luxe, qui peuvent être personnalisés, fabriqués à partir de matières premières naturelles en bambou dans le but de créer un style de vie vert pour tout le monde. 

Le bambou étant capable de libérer plus de 35 % d’oxygène en plus que les autres arbres et d’absorber trois à quatre fois plus de dioxyde de carbone, ce n’est pas seulement une bouée de sauvetage pour l’environnement, mais aussi pour les générations futures. 

Kevin Lognoné

Chaque contribution publiée sur le média nous semble répondre aux critères élémentaires de respect des personnes et des communautés. Elle reflète l’opinion de son ou ses signataires, pas forcément celle du comité de lecture de Parallèle Sud.

A propos de l'auteur

Vous pouvez aimer ceci