[Édito] Journaliste, « je vais le buter » !

Comment repousser la vague brune ? Parallèle Sud a signé, comme Imaz Press, « pour un front commun des médias contre l’extrême droite ». Mais nous sommes si petits que notre nom n’a pas été ajouté sur la liste… La loose ou un signe supplémentaire du bricolage de tous les barrages imaginés contre l’extrême droite ?

Les médias ont une responsabilité dans la banalisation des idées d’extrême droite et leur amplification. Peu d’entre eux se positionnent clairement contre. À La Réunion, il y a donc Imaz, Le Tangue, Témoignages… Nous, bien sûr, en ayant notamment lancé cette année une série intitulée « la peste », allégorie de la montée du fascisme.

En vrai, ces positionnements éditoriaux sont pour l’instant inefficaces. Consolons-nous en nous comparant au colibri qui tente d’éteindre l’incendie en lâchant une goutte d’eau sur les flammes.

En cas de victoire du RN, les journalistes, cibles récurrentes des fachos, vont « déguster » : Ceux qui se feront insulter par des nervis libérés, ceux dont les patrons, comme les politiciens réunionnais, vont ménager leur « clientèle », ceux du service public qui dépendront des caprices d’un ministre qui pourrait s’appeler Cyril Hanouna (La rumeur est sans fondement mais l’image est réaliste). Une pensée aussi pour les journalistes qui bossent dans des médias de plus en plus vendus au buzz et au populisme : jusqu’à quand continueront-ils à vendre leur âme au diable ?

Jean-Marc Collienne a vécu les prémices de ces « dégustations », accusé d’avoir malmené les candidats du RN et privilégié ceux du front populaire lors des débats sur Réunion la 1ère. Il a été insulté dans un édito puant deJacques Tillier, PDG du Jir, et menacé sur les réseaux. Sur France 3 Besançon, l’accompagnatrice d’un candidat de « Reconquête » a lancé : « Je vais le buter ! » au journaliste qui animait le débat sur les législatives.

Les syndicats de journalistes relèvent en juin la multiplication par quatre des attaques, souvent à caractère raciste, à l’encontre de journalistes en France.

Et dire que c’est censé être le plus beau métier du monde…

Franck Cellier

+

Journaliste

A propos de l'auteur

Franck Cellier | Journaliste

Journaliste d’investigation, Franck Cellier a passé trente ans de sa carrière au Quotidien de la Réunion après un court passage au journal Témoignages à ses débuts. Ses reportages l’ont amené dans l’ensemble des îles de l’océan Indien ainsi que dans tous les recoins de La Réunion. Il porte un regard critique et pointu sur la politique et la société réunionnaise. Très attaché à la liberté d’expression et à l’indépendance, il entend défendre avec force ces valeurs au sein d’un média engagé et solidaire, Parallèle Sud.