Vu de Paris : Gaston Flosse condamné à six mois de prison ferme

L’ancien homme fort de Polynésie française pourra effectuer sa peine à son domicile, sous surveillance électronique. Il a été reconnu coupable de dissimulation de patrimoine et déclaration mensongère à la HATVP. Il écope également d’une amende de 45 000 euros.

Le luxueux hôtel particulier, rue Ranelagh, dans le 16è arrondissement de Paris, dont la vente a été dissimulée par Gaston Flosse

Encore une fois, Gaston Flosse n’était pas présent pour entendre le tribunal. Cette fois, l’ancien président de Polynésie française, ancien ministre de Jacques Chirac, n’était même pas représenté : son avocat Maître Quinquis n’a pas fait le déplacement pour entendre le délibéré et la décision.

Cette fois encore, le tribunal a été dur : la présidente a condamné des faits graves, « d’une grande amplitude », « sur la durée ». Gaston Flosse a été reconnu coupable de dissimulation de patrimoine et déclaration mensongère à la Haute autorité de transparence de la vie publique (HATVP). Pour ces faits, il a été condamné à 6 mois de prison ferme ainsi qu’à une amende de 45 000 euros.

Ces peines sont légèrement inférieures aux réquisitions du procureur, qui avait réclamé une sanction exemplaire. « Les déclarations doivent être exhaustives et exhaustives cela veut dire tout !, s’agaçait lors de l’audience de jugement le procureur de la République Julien Goldszlagier dans son réquisitoire. Il demandait « une année d’emprisonnement ferme et le maximum de la peine prévue pour l’amende, soit 45 000 euros ainsi que pour l’inéligibilité, soit cinq années. »

En aménageant la peine dès le prononcé de la sentence, afin de lui permettre d’effectuer sa peine à domicile avec un bracelet électronique, la présidente du tribunal a voulu « prendre en compte la personnalité et le grand âge du prévenu : un homme public de 90 ans. » Pour les mêmes raisons, Gaston Flosse n’a pas été condamné à de l’inéligibilité : il est déjà inéligible en raison de précédentes condamnations.

Cette condamnation pour dissimulation de patrimoine intervient au croisement de nombreuses autres affaires. La vente litigieuse de l’hôtel particulier de la rue du Ranelagh dans le très chic 16è arrondissement, le compte-retraite bien garni de l’Assemblée de Polynésie : les faits pour lesquels Gaston Flosse a été condamné ce mercredi 13 octobre recouvrent des infractions ayant permis de dissimuler presque 1,5 millions d’euros.

Sa défense, lors de l’audience de jugement le 7 septembre dernier, consistait essentiellement à dire que l’homme devrait être épargné « en raison de sa stature d’homme d’état » qui « reconnaît des négligences » mais « aucun enrichissement personnel ». Gaston Flosse et ses avocats ont dix jours pour faire appel.

Julien SARTRE

A propos de l'auteur

Julien Sartre

Journaliste d’investigation autant que reporter multipliant les aller-retour entre tous les « confettis de l’empire », Julien Sartre est spécialiste de l’Outre-mer français. Ancien correspondant du Quotidien de La Réunion à Paris, il travaille pour plusieurs journaux basés à Tahiti, aux Antilles et en Guyane et dans la capitale française. À Parallèle Sud, il a promis de compenser son empreinte carbone, sans renoncer à la lutte contre l’État colonial.

Sur le même thème