élections isoloir

Le « vergozisme » en marche !


En 1998 sortait le fabuleux film « L’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux » tiré du roman de Nicholas Evans et sublimement interprété par Robert Redford.

En 2023, un futur candidat déclaré aux élections sénatoriales du 24 septembre prochain prétend savoir murmurer à l’oreille de Paris. Mais encore faut-il que l’oreille de Paris ne soit pas bouchée par une coulée de lave et que les chuchotements soient réellement les revendications de la population réunionnaise. Ces revendications sont légitimes et découlent d’une dégradation de l’état de santé du monde et de la France (au plan humain, économique, environnemental, etc) accentuée par notre insularité. Force est de constater que ces derniers mois, Paris a fait « zoreille cochon dan’marmite pois » c’est-à-dire la sourde oreille.

Mais ne tirons pas trop vite à ce stade sur ce futur candidat qui vole à notre secours, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Sur la base d’un simple raisonnement déductif, Paris serait ainsi incapable d’entendre 850 000 habitants, 7 députés (c’est vrai qu’ils sont « en tout petit » et pas seulement des « anti-tout »), 4 sénateurs, sans compter tous les autres acteurs institutionnels et économiques du département ? De quoi s’étonner un peu même s’il est vrai que nous sommes à 10 000 km !

Si ce proto-type politique est capable à lui seul de mettre La Réunion sur les rails (« coke pas nou ») du fait de sa verve et des gens bons (de Paris, mais pas que) auprès desquels il sait murmurer au creux de l’oreille comme nul autre (hôte) par un langage codé dont il a le secret, La Réunion toute entière (qui s’appellera La Vergozie pour cause d’utilité publique) doit devenir son laboratoire car sa commune est devenue trop bornée à ses yeux pour ses expérimentations. C’est ainsi que nous volerons dans la lumière, illuminé par Jupiter et son Eclat.

Toujours aussi sérieusement, comment appeler au rassemblement, à la réconciliation, au principe d’unité et d’indivisibilité de la République quand vous observez une personnalité politique aussi clivante, méprisante et con-tra-victoire (mot qui signifie selon le dictionnaire du Petit Robert de 2026 « se dit d’une personne habile à s’auto-contredire, à faire croire des fausses vérités, à changer de trajectoire sur le plan politique pour rater délibérément sa victoire »).

Ce n’est certainement pas cette posture qui permettra de faire le Trait-d’Union mais plutôt de tirer un TRAIT SUR L’UNION. La division, la trahison, la rancœur froide derrière un semblant d’empathie est le constat pathétique d’un parcours politique et d’un ADN (Autoritarisme – Disruption – Nocivité) poussé à l’extrême.

Certes pour l’instant, vous êtes dans les petits souliers du Président de la République mais pour combien de temps ? Bientôt, il comprendra (et pas que lui) que vous êtes un caillou acéré en pierre de lave dans sa chaussure. Après plus de 20 ans de pouvoir (3 mandats de maire et un 4ème en cours) votre commune demeure toujours la 3ème commune la plus pauvre de La Réunion. Une bonne peinture Corona pour embellir les charmantes maisons créoles de votre commune ne suffisent plus… Les habitants s’asphyxient chaque jour un peu plus sous votre férule.

Par gracieuseté, « laisse béton » de vos nouvelles ambitions politiques à l’orée de la fin d’un règne politique déjà trop long, laissez nos grands électeurs voter en toute liberté et conscience, c’est le meilleur service que vous pourriez rendre à nous tous et à notre belle Réunion.

Collectif de citoyens de l’Est abusés mais pas résignés

Chaque contribution publiée sur le média nous semble répondre aux critères élémentaires de respect des personnes et des communautés. Elle reflète l’opinion de son ou ses signataires, pas forcément celle du comité de lecture de Parallèle Sud.

A propos de l'auteur

Comité de lecture

A Parallèle Sud nous nous faisons un devoir de libérer la parole, de la partager, sous quelque forme que ce soit (texte, vidéo, son, BD...). Chaque lecteur peut être acteur et créer l'information. Celle-ci est relue par le comité de lecture de Parallèle Sud avant d'être publiée dans la Libre expression.