Madam Misié lo pouwar Piblik, Léss pa nout mizikozé alé

Ecole des musiques actuelles

LIBRE EXPRESSION

Conférence de presse 25/10/2022 Ecole des musiques actuelles REUNION
Objet : Danger de fermeture de l’école des Musiques Actuelles
Prises de parole :
Portes parole des étudiants : Wilfrid THERENCY, Cédric RIGOLLIER, Lola GHIDINELLI
Responsable Pédagogique de la formation : Patrick FRADET
Directeur : Willy RAMBOATINARISOA
Membre de l’équipe pédagogique : Jamy PEDRO

I Nos situations personnelles

Nous sommes 33 stagiaires en formation professionnelle dans une démarche d’insertion au sein la seule école certifiante dans le domaine des musiques Actuelles dans l’Océan Indien. Formation reconnue par l’État. Ema Reunion adhère à la FNEIJMA, Fédération Nationale des Ecoles Influences Jazz et Musiques Actuelles, structure qui fédère 30 écoles sur l’ensemble du territoire
français.

Certains d’entre nous sont engagés dans ce cursus depuis plusieurs années déjà, d’autres ont fait le choix de quitter un emploi pour une reconversion, d’autres commencent une formation
professionnelles en sortie de lycée, ou même de collège pour certains d’entre nous.

Tous ont été auditionnés et séléctionnés par l’équipe pédagogique sur des critères de motivation, de cohérence du projet professionnel de chacun et chacune, de compétences

Nous sommes tous engagés pour cette année dans ce cursus et aujourd’hui nous sommes dans l’impossibilité de commencer ou poursuivre la formation par faute de financements.

II La formation à l’Ecole : Contenu, apport, qualité

Prise de parole du responsable pédagogique le la formation :
_ Le Référentiel
_ la Certification Qualiopi
_ le Réseau Fneijma
Prise de parole du directeur : voire le stream sidponible sur la page Facebook
Pour accéder au contenu de ces prises de parole nous vous invitons à visionner la vidéo de la conférence.

Retour de la Parole aux étudiants :
Après 10 ans d’existence de l’EMA le taux d’insertion globale est annoncé à 91 %.
Des musiciens qui ont été formés à l’école accompagnent aujourd’hui des groupes majeurs de la scène locale, notamment Danyel Waro, Ziskakan, Mouvman Alé, Meddy Gerville, Fabrice Legros,
Second Brain, Kaf Malbar, Kaf Marron, Pix’L, Maya Kamaty, Ravnal, Bat Karé, Mademoiselle Rouge, Gael Orellou, Jean Pierre Jozéfin, Bo Houss. Et tant d’autres…

De plus plusieurs écoles ont été créées ou sont dirigés par des anciens élèves : Ti Caz Mizik, AMGS Sin Filip, LAO Musique.

Il apparaît évident que le paysage musical local est enrichi par l’existence de cette école

III Les questionnements aujourd’hui

Depuis son ouverture en 2012, l’Ecole fonctionne grâce au soutien de 2 partenaires principaux : Le Pole Emploi et la Région Réunion.
A l’heure actuelle les informations que nous avons sont celles ci : Le Pole Emploi se retire pour le financement du cursus. La Région Réunion quant à elle reste partenaire mais malgré son soutien la formation ne peut plus être assurée.

Madame la Directrice du Pole Emploi de la Réunion, nous vous demandons une réponse sur votre positionnement aujourd’hui. Le désengagement de Pole Emploi dont la mission de service public est entre autres la formation et l’insertion professionnelle questionne sur la considération de la filère artistique professionnelle locale.

Madame la directrice de la DACOI, les ambitions de votre structure sont de : « Favoriser l’éducation et l’enseignement supérieur artistique, Renforcer la coopération régionale, Faire de la culture un vecteur de croissance économique,… »

Nous avons sollicité la Dacoi pour une demande d’audience, cette demande reste aujourd’hui sans réponse.

Monsieur le Préfet, alors que tous les chiffres d’insertion professionnelle témoignent de la richesse de l’école comme levier d’une force économique dans le secteur culturel réunionnais, national et international : nous vous posons aujourd’hui la question de la place qui est donnée à la culture et à la professionnalisation à la Réunion.

Nous avons sollicité la Préfecture pour une demande d’audience ; cette demande reste aujourd’hui sans réponse.

Nous sommes aujourd’hui dans une situation d’incompréhension face aux manque de solutions de financement d’une formation qui est la seule sur le territoire et dans tout l’Océan Indien.

Si la formation professionnelle de l’EMA Reunion ferme aujourd’hui, quelles alternatives proposez vous pour tous les réunionnais qui souhaitent se former dans le domaine des Musiques Actuelles ?

Aussi nous demandons votre soutien pour la sauvegarde et la protection d’une structure qui mène des actions pertinentes sur notre territoire.

IV Appel à la mobilisation et au soutien :

Toutes celles et ceux qui se sentent concernés aujourd’hui par la fermeture de la formation professionnelle que propose l’EMA et l’enjeu que cela représente pour le paysage culturel, social et économique local. Pour rappel, l’école étant la seule de l’Océan Indien proposant la certification AMMA, la seule option pour les stagiaires seraient de se déplacer vers la métropole malgré le fait que cette école dispose d’un programme et un enseignement de qualité (Certification Qualiopi).

Nous précisons que le coût de cette option serait plus élevé pour les financeurs.

Nous interpellons également tous les acteurs de la filière de la Culture et du spectacle vivant sur le Territoire Réunionnais.

– Fédération nationale pour le développement de la formation musicale en France
-les militants pour la justice sociale dans les outre mers

Nous vous invitons à nous rejoindre à la manifestation ce jeudi à 14h devant la préfécture de Saint Denis.

De plus une pétition pour la défense de l’EMA est disponible sur la page facebook d’EMA Reunion : Pétition : Formation musicale : l’Ecole des Musiques Actuelles de la Réunion en danger !

Prise de parole Lola :

« J’exprime ma gratitude envers tous les gens et les énergies qui ont oeuvré et qui oeuvrent pour l’existence de l’Ecole des Musiques Actuelles de la Réunion.

Elle est une richesse, notre richesse, un espace pour échanger, partager, créer ensemble, pour apprendre, pour se structurer.

Zordi nou lé péprè 40 pou atann’ in répons, pou konét eske domin ni giny artourn lékol… Dopi débi komansoman, néna dizan , nou lé plis 400 la pass terla Nou sé domoun. Domoun i koz.

Koz kom ou vé. Kan vi shant vi koz. Kan vi zoué gitar vi koz. Kan vi batouy tambour, kan vi sekouy kayanm, kan vi digdig in violon, in violonsel, in controbass, kan vo shatouy in sakosofon, in
klarinét, in flit, kan vi ral in kordéon, kan vi kraz in leslam i sot dann fon out kér ou koz.
Mizikozé la nou la bezwin pou konét ke nou sé domoun
Ke domin na pa riynk la pér dann téléviziyon i koz pou nou. Na pa riynk bann politik i koz pou nou.

In langaz li fé in zom, li fé in fanm, li fé in pép é li fé in konsiyans
In langaz sé in reliyans
Li fé dopi touzour ni agad plis par dovan.

Zordi i dianou nout lékol la mizik i reskab i ferm.
Pask’ in lékol ni aprann. Ni transmét. Ni marsh ansanm.
Si domin na pi lékol, alors ni aprann pi ? Ni transmett pi ? Ni marsh sakinn son tousél ?
Sinonsa ni sa va rod in lot lékol, laba lot koté la mer. Ankor in kou, i anvoy la zénéss la rényion lot
koté la mer ? Ankor in kou ?

Mizikozé-la sa nout gadiamb, nout gayarsité. Mizikozé-la sa nout langaz.

Madam-Mesié lo pouvoir piblic, i dianou na pwin larzan pou nout lékol. Somansa laba dann bordaz
la mer nena in gran rout li kout plis 2 milliards leuro.
Alors, Madam-Mesié lo pouwar piblic, nout bann zélus, nout bann reprézantan , sé sa lo mond pou
nou zordi ? Pou nou domin ? Riynk béton dann la mér.
Sa minm lo lidantité la rényon : « Vous chantiez j’en suis fort aise, éh bien jeunesse, roulez
maintenant »

Somène-la la somène Kréol , in soméne pou « Réyon nout kréolité nout kozé ek nout kiltir
mélanzé »
Sa in bon lokaziyon pou être à la hauteur de ces ambitions.
Agad anou, nout mélanz, nout lanvi la vi-la :sa minm lo « Viv ansanm la Rényon » !
Madam-Mesié les politik, si zistwar la lé vré pou do vré amont anou ké maniér nou réyonn
ansanm !
Parce que chaque humain a besoin de créer et de partager
Parce que soutenir, célébrer et protéger la culture c’est vital pour la paix,
Madam Misié lo pouwar Piblik, Léss pa nout mizikozé alé. Larg pa lo kozé la zénéss. Larg pa lo
kozé la Renyon.
Nout kaloubadya kozé.
Madam Misié, ou antan ? Wi ? Non ?

Ecole des musiques actuelles

Chaque contribution publiée sur le média nous semble répondre aux critères élémentaires de respect des personnes et des communautés. Elle reflète l’opinion de son ou ses signataires, pas forcément celle du comité de lecture de Parallèle Sud.

A propos de l'auteur

Vous pouvez aimer ceci