[Poème] Pas de prison sans gardien

Parallèle Sud entend sortir des carcans d’une écriture formatée, rigide. A travers des BD, des poèmes, ou tout autre format – en Français, en Créole, ou même en inventant de nouveaux mots – l’idée est de mettre en avant des formes d’expression plus personnelles. Vous aussi, vous pouvez participer.

« Suis-je le gardien de mon frère ? »

Genèse, 4.9

Vous vouliez du renseignement d’ambiance ? En voici :

Sur le visage d’un ami, un visage (noir comme celui d’un nèg’, parce que la sagesse est nègre et l’espoir est nègre et l’avenir est nègre) kaf je pouvais discerner les traces d’épreuves récentes. Et insurmontables. Il est vrai que je mélangeais moi-même les genres en l’abordant sur le registre de l’amitié tout en lui parlant de travail.

// Dieu me vienne en aide, Dieu vienne en aide à ces gens qui sont un peu mes amis, quand même. Je vais le faire //

Ils sont trompés mais on ne peut pas engueuler le rat parce qu’il ne trouve pas du premier coup la sortie du labyrinthe. Ça n’a tout simplement aucun sens.

Qui est le gardien ? Qui garde qui ? Et pourquoi ? Qui a le droit de sortir ?

L’aventure a pris la couleur de la colonisation et tout a été perdu lorsque ce qui aurait dû être de l’amour s’est résumé à un « contact sexuel ». Porteur de maladies. Et de ce monde dans lequel il faut vivre maintenant. Ou bien mourir. Ou bien, mourir.

//

Julien Sartre

A propos de l'auteur

Julien Sartre

Journaliste d’investigation autant que reporter multipliant les aller-retour entre tous les « confettis de l’empire », Julien Sartre est spécialiste de l’Outre-mer français. Ancien correspondant du Quotidien de La Réunion à Paris, il travaille pour plusieurs journaux basés à Tahiti, aux Antilles et en Guyane et dans la capitale française. À Parallèle Sud, il a promis de compenser son empreinte carbone, sans renoncer à la lutte contre l’État colonial.

Vous pouvez aimer ceci