Assemblée plénière Région

[Politique] La Région ne peut pas « tout faire tout de suite »

UN AN APRÈS L’ÉLECTION D’UNE NOUVELLE MAJORITÉ

Impossible pour le cabinet Ocrom chargé de certifier les comptes de la Région Réunion d’émettre un avis sur la sincérité de la situation financière au 31 décembre 2021. Les surcoûts à prévoir de la NRL ne sont même pas provisionnés.

On ne s’attendait pas à des ballons de baudruche et une banderole mais le premier anniversaire de l’accession de l’union de la gauche à la tête de la Région est passé quasiment inaperçu lors de l’assemblée plénière de la Région. A part une allusion discrète du 1er vice-président Patrick Lebreton à la présidente Huguette Bello.

Faut dire qu’entre les barrages de planteurs et l’envolée des prix du carburant, l’ambiance est plutôt morose sur le plan de la vraie vie. Ce fut d’ailleurs le sujet de deux motions présentées mardi par les conseillers régionaux. La troisième portait sur l’ombre mondiale qui pèse désormais sur le droit à l’avortement du fait de la régression actée par la Cour suprême des Etats-Unis. Sale temps, quoi.

Assemblée plénière Région Huguette Bello
Huguette Bello : « Tout ne peut pas se faire tout de suite mais nous avons commencé tout de suite pour remettre la Région sur de bons rails »

Alors les vainqueurs des derniers rendez-vous électoraux se gardent de tout signe de joie ostentatoire. La première année d’exercice du pouvoir à la Région est d’autant plus marquée par la discrétion qu’il ne s’est pas passé grand-chose en douze mois. Ce qu’Huguette Bello a résumé en déclarant : « Tout ne peut pas se faire tout de suite mais nous avons commencé tout de suite pour remettre la Région sur de bons rails ».

« Zot i vé pa kozé »

Il y a eu, en début d’année, la promesse de 400 M€ supplémentaires de l’Etat pour finir la Nouvelle Route du Littoral (à condition que la Région mette elle aussi 400 M€ dans ce chantier promis aux multinationales). Mais c’est pour l’instant la seule bonne nouvelle à annoncer. Est-ce d’ailleurs une bonne nouvelle ? Pas sûr.

Les comptes de la collectivité sont dans le rouge : 1,3 milliard d’euros de dette laissée par Didier Robert, faisant de la Réunion la région la plus endettée de France. Ces partisans, aujourd’hui dans l’opposition, ont préféré mardi ne pas lancer le débat sur cette question d’héritage financier. « Zot i vé pa kozé », a constaté la présidente à chacun des chapitres abordés.

Ce fut alors une séance à sens unique durant laquelle dix années de gestion financière régionales ont été laminées : explosion des dépenses de fonctionnement, gestion chaotique ses ressources humaines pointées par la Chambre régionale des comptes, effondrement des investissements durant la crise sanitaire, politique de formation « à l’abandon », chantier de la NRL à l’arrêt et. « de nombreuses impasses révélant des insincérités budgétaires ».

Pas de provision pour les surcoûts de la NRL

La charge est lourde et, sous une avalanche de chiffres, il est apparu que la première collectivité réunionnaise a été gérée de manière fantaisiste. Comme aucune famille n’oserait gérer son propre budget. En termes techniques, Estelle Collet, commissaire aux comptes du cabinet d’audit Orcom, a émis de lourdes réserves en rendant son rapport de « certification des comptes ». Cette mission, accompagnée par la Cour des comptes, s’ajoute aux autres audits commandés par la nouvelle majorité.

Assemblée plénière Région Patrick Lebreton
Patrick Lebreton : « La NRL ne peut pas absorber à elle seule la moitié de nos investissement »,

Il y est exposé les incertitudes sur la réalité des actifs, l’évaluation des postes de voiries, des immobilisation en cours, des actifs transférés, etc. Surtout la Région n’a comptabilisé aucune provision pour payer les réclamations de Bouygues et Vinci sur les contentieux liés à la Nouvelle Route du Littoral alors que près de 900 M€ sont réclamés. C’est évidemment cette épée de Damoclès qui pèse sur la marge de manoeuvre de la Région. « La NRL ne peut pas absorber à elle seule la moitié de nos investissement », a prévenu Patrick Lebreton.

Les incertitudes sont si fortes que le cabinet Orcom a conclu qu’il était dans « l’impossibilité d’exprimer une opinion sur le fait que les comptes annuels présentent sincèrement la situation financière de la Région Réunion au 31 décembre 2021 ». Il va falloir sérieusement améliorer la démarche pour que la collectivité inspire confiance à ses finances.

15 M€ pour sauver Air Austral

La nouvelle majorité dit s’y employer notamment par la mise en oeuvre des recommandations de la Chambre régionale des comptes qui avait été particulièrement sévère dans son rapport du 8 décembre 2020 sur la gestion des ressources humaines. Tout a été mis en oeuvre ou est en cours de mise oeuvre. Ce qui se traduit par la réduction de l’effectif du cabinet, la limitation des recrutements et le respect des procédures.

Dans ce budget obligatoirement serré, la nouvelle équipe souligne ses efforts, par exemple pour faire passer sa capacité de désendettement de 11,7 ans à 9,5 ans. Elle assure également son soutien à la restructuration de la compagnie aérienne régionale qui accuse un déficit de 63,5 M€. La Région, injectera 15 M€ supplémentaire (après 10 M€ en 2020 et 25 M€ en 2021) dans Air Austral, via la Sematra, à condition que l’offre de reprise par le groupe Deleflie obtienne l’aval de la Commission européenne dans les jours à venir.

Difficile dans un tel contexte de dérouler le programme électoral affiché il y a un an. Aussi le premier rapport d’activité présenté mardi apparaissait presque secondaire.

Franck Cellier

Parallèle Sud est un nouveau média réunionnais, indépendant. 🌾 Il a vocation à vivre uniquement des dons de ses lecteurs. Pour contribuer à son existence pérenne, vous pouvez faire un don ponctuel ou mensualisé, du montant que vous voulez. Ce don est défiscalisable à 66%. ⬇️

A propos de l'auteur

Franck Cellier

Journaliste d’investigation, Franck Cellier a passé trente ans de sa carrière au Quotidien de la Réunion après un court passage au journal Témoignages à ses débuts. Ses reportages l’ont amené dans l’ensemble des îles de l’océan Indien ainsi que dans tous les recoins de La Réunion. Il porte un regard critique et pointu sur la politique et la société réunionnaise. Très attaché à la liberté d’expression et à l’indépendance, il entend défendre avec force ces valeurs au sein d’un média engagé et solidaire, Parallèle Sud.

Sur le même thème