Jean-François Carenco, Gérald Darmanin

[Remaniement] Visite ministérielle à La Réunion

DARMANIN ET CARENCO À LA RÉUNION

Jean-François Carenco, 69 ans, est le nouveau locataire de la rue Oudinot. Il prend la suite de Yael Braun-Pivet, élue la semaine dernière à la présidence de l’Assemblée nationale. Surtout, pour son premier déplacement Outre-mer, à La Réunion, il est accompagné de son ministre de tutelle, Gérald Darmanin.

Jean-François Carenco, ministre délégué aux Outre-mer et Gérald Darmanin ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, dans les jardins du ministère, rue Oudinot, lundi 4 juillet 2022

Guadeloupe, Saint-Pierre et Miquelon, Nouvelle-Calédonie : l’Outre-mer n’est pas une terra incognita pour le nouveau ministre des Outre-mer ; Jean-François Carenco a sillonné ces territoires et collectivités françaises en tant que préfet. « Les Outre-mer sont une richesse pour la France, il suffit de dire que les Outre-mer sont une charge !, s’est ému l’ancien haut-fonctionnaire dans sa prise de parole solennelle dans les jardins de la rue Oudinot lundi après-midi, quelques heures à peine après sa nomination dans un communiqué publié par l’Élysée. J’ai bien entendu l’appel de Fort-de-France prononcé par tous les présidents et présidentes de régions le 17 mai. Il nous faudra une politique renouvelée. »

Une déclaration d’amour envers les Outre-mer et les Ultramarins, une promesse de renouvellement politique : la nomination de Jean-François Carenco, pour classique qu’elle paraisse au premier abord, est pleine de paradoxes.

Premier enseignement de cette « prise de fonctions » rue Oudinot : le ministre Carenco a parlé en second, après Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur… et des Outre-mer. Le ministère des Outre-mer n’est plus un ministère de plein exercice. Il est rattaché au ministère de l’Intérieur. Plusieurs observateurs politiques affirment craindre « une reprise en main » par le gouvernement de ces territoires réticents à la vaccination, théâtres de manifestations récentes contre la vie chère ou les contraintes liées au passe sanitaire.

« Pour le ministère de l’Intérieur et de l’Outre-mer voulu par le Président et la Première ministre il y ainsi deux ministres pour s’occuper de l’Outre-mer, s’est félicité Gérald Darmanin avant de passer la parole à Jean-François Carenco. Il y aura aussi un grand poids politique et un grand poids budgétaire. Considérez qu’il y a un grand frère au ministère de l’Intérieur pour défendre les intérêts des Outre-mer. Les questions de sécurité et d’immigration se posent particulièrement. »

Darmanin à l’Outre-mer et Backès à la « Citoyenneté »

Tout à fait sur la même ligne, Jean-François Carenco a abondé dans ce sens lors d’une prise de parole plus informelle quelques minutes après son discours. Il a estimé que le fait d’être rattaché au ministère de l’Intérieur lui donnait « de la force ».

En 2017, Jean-François Carenco a été nommé par Emmanuel Macron à la Commission de régulation de l’énergie, la Cre. Cette commission, qu’on appelle parfois « le gendarme de l’énergie », supervise EDF et les tarifs de l’électricité au niveau national. La Cre revêt un caractère stratégique lorsqu’il s’agit de son travail dans les Outre-mer, considérés dans le jargon comme des « territoires non connectés ».

La Guyane, comme la plupart des autres collectivités ultramarines, est censée bénéficier de la solidarité nationale pour les prix de l’électricité. Des territoires comme la Guadeloupe et la Martinique ont été au cœur de négociations récentes autour de la réforme d’EDF, de l’élaboration et de tout nouveaux schémas, plans et programmations pluriannuelles de fourniture en énergie. Après une carrière dans le corps préfectoral, c’est donc également sous une étiquette « techno » que Jean-François Carenco prend la suite de Yael Braun-Pivet au gouvernement d’Élisabeth Borne.

Son entrée au gouvernement coïncide avec celle d’une nouvelle venue dans la politique nationale : Sonia Backès, politicienne de Nouvelle-Calédonie, farouche défenseuse d’une Nouvelle-Calédonie française a été nommée au Secrétariat d’État à la Citoyenneté. Là encore, à l’heure où une réforme constitutionnelle va s’imposer pour préparer l’avenir de l’archipel océanien, un message politique paradoxal.

Julien Sartre

Parallèle Sud est un nouveau média réunionnais, indépendant. 🌾 Il a vocation à vivre uniquement des dons de ses lecteurs. Pour contribuer à son existence pérenne, vous pouvez faire un don ponctuel ou mensualisé, du montant que vous voulez. Ce don est défiscalisable à 66%. ⬇️

A propos de l'auteur

Julien Sartre

Journaliste d’investigation autant que reporter multipliant les aller-retour entre tous les « confettis de l’empire », Julien Sartre est spécialiste de l’Outre-mer français. Ancien correspondant du Quotidien de La Réunion à Paris, il travaille pour plusieurs journaux basés à Tahiti, aux Antilles et en Guyane et dans la capitale française. À Parallèle Sud, il a promis de compenser son empreinte carbone, sans renoncer à la lutte contre l’État colonial.

Sur le même thème