Retraites : une réforme inutile et même criminelle envers les Réunionnais

MANIFESTATION SAINT-DENIS CONTRE LE PROJET DE LOI RETRAITES 19/01/23

LIBRE EXPRESSION

La réforme des retraites annoncée par le gouvernement est dénoncée comme étant inutile et injuste par la majorité de la population et l’ensemble des syndicats. Une conférence de presse intersyndicale s’est tenue hier pour résumer leur position, qu’on peut trouver ici : https://www.temoignages.re/…/unite-syndicale-contre-la…

Mais d’autres éléments méritent d’être soulevés pour montrer à quel point cette réforme sera criminelle, et encore plus pour les Réunionnais.

Pour commencer, elle n’est même pas nécessaire, c’est le Conseil d’Orientation des Retraites lui-même qui le déclare dans son dernier rapport (https://www.cor-retraites.fr/…/202…/RA_COR2022%20def.pdf ) !

Ensuite, le fait de décaler le départ à la retraite à 64 ans va avoir de nombreuses et terribles conséquences, d’autant plus lorsque l’on prend en compte notre niveau de vie. En 2021, on était déjà par exemple 40% à vivre sous le seuil de pauvreté (1100€/mois), sachant qu’il s’agit là du seuil national, ne prenant en compte ni la vie chère sur l’île, ni l’inflation des derniers mois. Si on suit les données de l’INSEE (qui me semblent sous-estimées), la vie chère équivaut à une hausse moyenne de 7,1% des prix par rapport à la France, ce qui revient donc à un seuil de pauvreté réel à 1178€/mois.

Or, le niveau de revenus médian sur l’île (ce qui veut dire que la moitié de la population a moins, et l’autre plus) est à 1150€/mois, ce qui signifie donc que plus de la moitié de la population se situe déjà sous le seuil de pauvreté réel.

Et là, avec cette réforme, ils vont exiger que nous travaillions encore plus longtemps, et connaissant la situation de l’emploi sur l’île cela n’aura qu’une seule conséquence, créer encore plus de pauvreté…

En 2021 (le rapport définitif de 2022 n’a pas encore été publié), il n’y avait que 49% des personnes en âge de travailler qui avaient un emploi sur l’île, dont très peu de CDI (32%), et c’est là toute la différence avec la situation nationale : le taux d’emploi national était quant à lui de 67,2% sur la même période, dont 50% en CDI.

Ce qui fait que nous avons ici des carrières souvent précaires, fractionnées et incomplètes, avec un taux de chômage qui est particulièrement important chez les jeunes et les +50 ans.

Et c’est précisément là que cette réforme va être encore plus criminelle pour nous Réunionnais : avec des carrières incomplètes, impossible d’avoir l’ensemble des trimestres qui seront pourtant nécessaires pour pouvoir au moins toucher à notre fin de carrière le minimum vieillesse annoncé à 1200€/mois !

De plus, le fait de demander à travailler encore plus longtemps va mathématiquement empêcher certaines personnes de cotiser étant donné que les postes devront être occupés pendant plus d’années. Et évidemment, il ne faudra pas compter sur la pénibilité de l’emploi pour pouvoir partir un peu plus tôt, vu que le gouvernement en a supprimé de nombreux critères (https://www.editions-tissot.fr/…/compte-personnel-de…)…

Enfin, le plus important est surtout qu’on sera beaucoup à ne même pas pouvoir profiter d’une retraite, même précaire étant donné que nous serons déjà morts !

En effet, si l’espérance de vie moyenne augmente sur l’île, elle reste inférieure de 2 ans par rapport à la moyenne nationale (76,7 ans pour les hommes et 83,4 ans pour les femmes).

De plus, en regardant dans le détail on voit que beaucoup n’arriveront même pas à cet âge : en effet, la moitié des hommes à La Réunion décèdent avant 69 ans (77 ans pour les femmes) et ne pourraient ainsi « profiter » au maximum que 4 ans de leur retraite pourtant bien méritée.

La question est aussi de se demander dans quel état ils en profiteraient, sachant que l’espérance de vie en bonne santé nationale s’arrête en général avant le départ à la retraite (https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/…/er_1046…) !

Il n’existe pas à ma connaissance de chiffres pour La Réunion (si quelqu’un les a je suis preneur) pour autant il est légitime de supposer que la moyenne de 64,1 ans pour les femmes et de 62,7 ans pour les hommes doit être encore un peu plus basse du fait de métiers souvent pénibles, de la précarité importante et de problématiques de santé handicapants plus présents dans la population réunionnaise que dans la moyenne nationale (diabète, maladies cardiovasculaires, surpoids, drépanocytose, etc.).

Par ailleurs, je remarque le caractère fondamentalement sexiste de cette réforme vu les problématiques d’accès à l’emploi déjà existantes pour les femmes à La Réunion (qui existent évidemment au national mais sont « minorées » par l’ensemble des éléments socio-économiques déjà explicités)…

En résumé, cette réforme, en plus d’être injustifiée nationalement va avoir des répercussions encore plus importantes sur la population réunionnaise si elle venait à être adoptée. Il est donc plus que jamais nécessaire de tout faire pour qu’elle n’ait pas lieu et de se mobiliser tous autant que possible ✊

Par ailleurs, le fait qu’il y ait des conséquences plus importantes à La Réunion nous montre aussi que l’égalité dans la République n’existe que sur le papier : si nous étions réellement dans une situation d’égal à égal, ces particularités seraient prises en compte et nous aurions, en tous cas par rapport aux retraites, moins d’années à cotiser et un départ plus précoce. Mais c’est une autre bataille à mener…

Autres sources non mentionnées dans le texte :

https://www.insee.fr/fr/statistiques/6483410

https://www.insee.fr/fr/statistiques/1908449

Mathieu Raffini

Chaque contribution publiée sur le média nous semble répondre aux critères élémentaires de respect des personnes et des communautés. Elle reflète l’opinion de son ou ses signataires, pas forcément celle du comité de lecture de Parallèle Sud.

A propos de l'auteur

Comité de lecture

A Parallèle Sud nous nous faisons un devoir de libérer la parole, de la partager, sous quelque forme que ce soit (texte, vidéo, son, BD...). Chaque lecteur peut être acteur et créer l'information. Celle-ci est relue par le comité de lecture de Parallèle Sud avant d'être publiée dans la Libre expression.

Vous pouvez aimer ceci