Révolte

LIBRE EXPRESSION POÉTIQUE

Suis-je obéissant quand je rejette ton appel ?

Suis-je discipliné quand je refuse toute génuflexion en ta présence ?

Est-ce sage de ne plus vouloir te servir, de ne plus vouloir être à tes pieds ?

Est-ce humain de ressentir un sentiment autre que la servitude, un sentiment d’insatisfaction ?

Je rejette ton appel car il m’a été révélé de nouveaux horizons où je pourrais ressentir les autres sentiments que tu interdis en ton palais.

Je ne me courbe plus car dès ce soir, j’entreprends le périple, prêt à percer les ténèbres avec cette flamme qui m’anime, cette flamme ne pouvant être affaiblie par les pluies que tu invoqueras en vain.

Le soleil sera mon allié, la nature sera mon berceau, les oiseaux seront mes guides et le vent me portera loin de toi.

Jusqu’ici, j’ai fait preuve de tempérance.

Tes boissons, je les ai épargnées de ma soif.

Or, dès ce soir, j’emmène avec moi mes créations si bien cultivées.

Je ne suis plus ton serviteur.

Je veux être éméché, je veux voir le monde en couleur.

Je veux rire, je veux danser, je veux m’amuser, je veux vivre, tout simplement.

Tu m’as ôté de mon berceau, laissant pour seul cadeau à mon monde une fraction de ta cruauté : la destruction.

Tu as détruit les champs de fleurs de mon enfance, tu as réduit en cendres mon village comme si nous étions de vils païens sans foi ni loi.

J’ai eu tort de m’accorder ma confiance d’enfant.

Jugement, est-ce ainsi que tu veux que je te nomme encore ?

Tu as percé le voûte céleste pour me retirer de mon foyer par ta main.

Ta sombre venue s’est inscrite partout.

Tu les as immolés.

Tu penses régner en maître sur la terre et les cieux !

Les créatures ne te respectent pas, elles te craignent.

Je ne te crains plus !

Tu as beau te concevoir telle la jonction entre le monde terrestre et céleste, tu es risible.

Il existe une force plus forte que toi, une force qui te surpasse.

Ensemble, nous te terrasserons !

Ensemble, nous t’anéantirons !

Ensemble, nous t’enchaînerons !

Ensemble, unis par cette mort que tu as semée dans les jardins de nos vies,

Unis par nos faux,

Unis par notre épuisement,

Unis par notre courroux,

Unis par notre volonté,

Ensemble. Unis.

Johnny Montégu

*Poème inédit extrait du troisième recueil de poèmes de Johnny Montégu à paraître.

Chaque contribution publiée sur le média nous semble répondre aux critères élémentaires de respect des personnes et des communautés. Elle reflète l’opinion de son ou ses signataires, pas forcément celle du comité de lecture de Parallèle Sud.

A propos de l'auteur

Kozé libre

A Parallèle Sud nous nous faisons un devoir de libérer la parole, de la partager, sous quelque forme que ce soit (texte, vidéo, son, BD...). Chaque lecteur peut être acteur et créer l'information. Celle-ci est relue par le comité de lecture de Parallèle Sud avant d'être publiée dans la Libre expression.