Zanbrokal la vie

L’EKO LA RAVINE

Tout domoun i koné kosa i lé in zanbrokal pois, zariko rouj, sosis, boukané, san oublié pomdetèr, safran, zoignon… Sé in kari partaj i done son vré valèr kan nous lé an piknik.

Mé souvan nou utiliz term la pou koz su plein zafèr : ou lé in nation zanbrokal (métissé), arèt fé ton zanbrokal (arèt amayé, arèt fé l’amalgame), kel zanbrokal ou la fé (in travay mal fé) …

Term la i peu pran son sours dan nout kréolité, in mazination pou nou maye ansanm, pou liané. In fason di osi ek tipé nou fé bonpé, nou lé kapab done lo gou ek lamour, ek lo ker.

Zanbrokal, sé nout batarsité, nout manièr viv. Létranjé i konpran pa toudsuit kisa nou lé, li voit nout floklore, nout gentillesse, nout nation mélanzé, nout tolérance kom in trait de caractère, in spécificité indigène. Li voit pa la profondeur de nout l’âme, de nout savoir faire, de nout capacité.

Sé pousa i di souvan nou lé pa instruit, nou la pa fé grand lékol, nou koné pa bien tout bann teknik occidental, nou métriz pa le fransé, mé parkont nou lé futé ! rakont aou, blag aou mé vien pa tarz anou.

Réyoné i sar pa kri partou son doulèr, li bat pa su son lestomac, si li lé mizèr li vive ek sak li nana é surtout li na respect pou momon papa.

Kan mi croise in kréol dann shemin, kisoi en costume, bien habillé, en savate deu doigt, ou la pat atèr, mi pense, mi di : in bon zanbrokal i maye nout tout.

Narvu

Georges Ah-Tiane

Chaque contribution publiée sur le média nous semble répondre aux critères élémentaires de respect des personnes et des communautés. Elle reflète l’opinion de son ou ses signataires, pas forcément celle du comité de lecture de Parallèle Sud.

A propos de l'auteur

Vous pouvez aimer ceci