Le jour du dépassement

écologie nature

LIBRE EXPRESSION

Depuis le 28 juillet, l’humanité vit à “crédit écologique”. Nous, humains, avons collectivement, par notre manière de vivre et de consommer, épuisé la totalité de tout ce que la Terre est capable de produire en une année. Depuis 1971, le jour de dépassement intervient de plus en plus tôt dans l’année. Alors qu’il apparaissait le 25 décembre en 1971, il intervient à partir de juillet-août au cours de notre dernière décennie. L’OCDE le précise également. L’accélération est forte. En 2022, il nous faudrait 1,7 Terre pour vivre !

Le jour du dépassement fait écho à l’intensification du désordre climatique. Sécheresse, canicules, incendies, inondations, cyclones nous démontrent que nous sommes la génération qui vit et vivra le changement climatique. La déforestation, le changement d’affectation des terres, l’agriculture et l’élevage intensifs, l’artificialisation des sols sont des facteurs qui expliquent la détérioration accélérée de notre nature, la perte de biodiversité et le dérèglement climatique.

Pour ralentir et repousser le jour du dépassement, la technologie ne sera pas suffisante. Les rapports du GIEC et de l’IPBES expriment clairement que la révolution agroécologique, une politique de souveraineté alimentaire fonctionnelle et la nécessité d’une sobriété énergétique sont les clés de voûte pour garantir à l’Humanité et surtout à la jeunesse des jours désirables, épanouissants et vivables. Nous en sommes capables ! En faisant reculer le jour du dépassement de 10 jours par an, on atteindra le 31 décembre d’ici 2050, comme le rappelle Global Footprint Network. Pour la voix citoyenne, le nouveau contrat social réunionnais que nous souhaitons co-construire avec l’ensemble des citoyen.ne.s et des forces vives du territoire, est résolument écologique et doit traduire le respect que donne notre société à la nature et à la planète. Nous demandons aussi que l’Etat, les collectivités locales et le monde économique agissent résolument à leur niveau pour une vraie transition écologique d’envergure. Tout ne peut pas reposer sur l’action et les gestes des citoyen.ne.s.

Nous sommes résolument déterminés à participer au combat du siècle, le combat pour le Vivant !

Giovanni Payet, pour La voix citoyenne – La Réunion

Chaque contribution publiée sur le média nous semble répondre aux critères élémentaires de respect des personnes et des communautés. Elle reflète l’opinion de son ou ses signataires, pas forcément celle du comité de lecture de Parallèle Sud.

A propos de l'auteur

Vous pouvez aimer ceci