[L’Eko la Ravine] Eskin révolution lé ankor posib ?

ravine

(PREMIÈRE PARTIE) KISA NOULE ?

Georges Ah-Tiane est impliqué dans la vie associative depuis 1990. En France où il a vécu de nombreuses années, il s’est investi dans la promotion de la culture réunionnaise au travers de nombreux biais : en créant des associations, en enseignant le créole, en mettant en avant le patrimoine culinaire péi ou encore la musique. Il a créé des ponts entre La Réunion et la diaspora installée en France. Il a participé à une radio associative pendant douze ans avant de créer des fanzines ou petits journaux, « carry créole », « la lettre d’art’s ». De retour à La Réunion, il s’est impliqué dans la langue créole et « la conscientisation », avec l’objectif d’analyser la société réunionnaise, comprendre son fonctionnement. Dans le but de « voir quels sont les freins et comment les contourner pour aller de l’avant ». Cette chronique hebdomadaire fait suite à la gazette “kreo-lutionnaire” imprimée, l’Eko la Ravine, qu’il a tenue entre 2019 et 2020.

POST 5, le 18/01/2023

In kestion fondamantal asterlà. Nou ésey koz ladsu in instant san fé la kolèr é san complexe.

Disons nou anlèv osi tout zélément subjectif ke nou pé avoir (le sentiment, l’intention, la haine…) é nou koz sérieux.

Dabor, kel révolution mi parl ? pou mwin, sé la dékolonisation, rétablir la justice et l’égalité pour tous, romèt le réyoné au centre de la société, retrouver sa dignité par le travail, la production et les compétences.

Dékoloniser oui, à commencer par les ésprits !

L’Eko la Ravine dan son lespri a lorizine té apèl pou fé la kréo-lution, sétadir : kréol réyoné apré avoir subi lesklavaj é la kolonisation (ke i subi toujours dayèr), li doi konstrui son révolution dann in contexte apaisé mé déterminant pou son pèp. Apel sa conscientisation, résilience, réparation… kom zot i veu.

Pou savoir si nou lé kapab amorce in révolution, i fo nou koné kisa noulé, kosa nou reprézant zordi. In not kestion fondamental. Savoir osi ke in moman doné, lo mo ek limaj i suffit pu, lintention non plus, i fo done in sens dan sak nou di é surtou i fo ke dèrièr la parol nana lé actes. I fo ke nou lé cohérent et sincère ek nou mèm.

In lekzamp sinp : nou célèbre labolition lesklavaz toulézan mé nou lé passif ou complice dovan lé zinégalité ek discrimination toulézour.

An promié, la kestion kisanoulé, lé posé toultan é nou koné in morso la répons mé eske nou fé le lien ek la réalité ? eske zordi nou lé le digne descendant de nout zancèt ? Si na sertin Maron é konbatan lé tonbé pou lonèr, nana d’ot par la force la rès soumi ou bien complice ek l’autorité, sétadir le kolon. Et kolon osi na descendant.

An dézièm, pou shak Réyoné, kosa lé inportan ? Viv an larmoni, profit la vi, viv an komunauté, èt riche, surviv ?

An troizièm, eske réyoné lé kapab pran son destin an main ? eske nou appartient à in vré pèp ? kosa i réuni anou ? apark do ri rougail sosis, la bière dodo, savate deu doi…

Nou pouré poz in bonpé kestion kom sa, é shak foi nou lé dovan lo fèt accompli : réyoné lé pa in pèp homogène, son racine lé divers é son société lé complexe. Impossible pou mèt anou dakor. Kisoi su la lang, su lékritur, dan la société, dan lantrepriz. Le vieil adage ou slogan qui réunit Yab, Kaf, Sinwa, Malbar, Zarab, Komor, Zorey n’est qu’une vue de lespri ou une belle intention kom le viv ansanm !

Lé pa pou divizé mé la segmentation é les spécificités i exist bien entre ces groupes.

Bien sur, un ron de militant é sympathisant i porte lespoir de voir un jour la fraternité nous cimenter. Lonèr pou zot !

En conclusion pou so promié parti, mi konstat ke si mi anlèv le fouèt, les fers et les punitions, 200 ans après, la situation la pa change bonpé. La révolution lé pa ankor pou zordi.

Georges AH-TIANE pour l’Eko la Ravine

A propos de l'auteur

Vous pouvez aimer ceci