emmanuel genvrin

[Opéra] Le Théâtre Vollard clashe la Cité des Arts

KILTIR

Malentendu ou volonté manifeste de nuire ? Le metteur en scène Emmanuel Genvrin ne comprend pas ce qui a poussé la Cité des Arts de Saint-Denis à “déprogrammer” la pièce lyrique qu’il devait proposer au public en novembre 2024. La Cité des Arts assure n’avoir jamais pu confirmer la programmation, en attente du bouclage du montage financier du projet.

Emmanuel Genvrin ne décolère pas. Il vient d’apprendre en ce début de semaine qu’il ne pourrait pas représenter le concert lyrique qu’il avait prévu de tenir à la Cité des Arts en novembre 2024. Un spectacle qui reprend des extraits de ses trois opéras Vollard, Maraina, Chin, Fridom, avec des décors, des accessoires et des costumes. Un concert pour lequel il fait venir une vingtaine de choristes malgaches, trois solistes antillais qui vivent à Paris, et auquel contribuent six réunionnais des chœurs et de l’orchestre de la Région Réunion. Avec toutes les difficultés que cela suppose pour l’obtention des visas des malgaches notamment, l’hébergement et les transports de tous.

“Les répétitions, l’hébergement et la première étaient annoncés à la Cité, avant de se rendre salle Gramoune Lélé à Saint-Benoit, au théâtre du Tampon et au Caudan à Port-Louis (Maurice)”, indique le metteur en scène dans un communiqué transmis jeudi 30 mai 2024. Il affirme n’avoir reçu aucune explication à l’annulation de l’événement à la Cité des Arts et s’efforce de trouver des explications, un sens.

“On se bat pour une musique locale et mélangée”

“Cette décision torpille un projet culturel d’envergure impliquant des dizaines de professionnels de La Réunion, de Maurice et de Madagascar”, regrette-t-il dans son communiqué. “Le Théâtre Vollard déplore une attitude qui, une fois de plus, ne respecte ni la culture ni la création réunionnaise et ignore les enjeux de la coopération régionale.”

“A travers ces opéras, en ternaire, on se bat pour qu’il y ait une musique locale et mélangée”, argumente Emmanuel Genvrin, joint par téléphone. “On s’efforce de créer un opéra dans lequel les Réunionnais se retrouvent. On est conscient que c’est une musique d’avenir et c’est fou qu’ils n’en prennent pas conscience.” “On fait notre possible pour faire fonctionner ensemble des outils régionaux comme l’orchestre régional, qui est une spécificité de La Réunion, avec de la création régionale que nous apportons.”

“Spectacle d’envergure”

La dernière apparition grand public du Théâtre Vollard a eu lieu en 2020, lors d’une diffusion à la télévision de l’opéra Fridom. Emmanuel Genvrin attendait avec impatience ce nouveau spectacle d’envergure. “Il n’y a plus d’hébergement et on ne peut plus jouer sur Saint Denis”, déchante le metteur en scène. “Je suis pour qu’un projet de cette ampleur, coûteux, soit accessible à tous les Réunionnais.”

Le cofondateur du Théâtre Vollard a attendu la réponse de la Région qui devait confirmer son soutien financier au projet. Elle est tombée, favorable, en début de semaine. A la suite de quoi, il s’est empressé d’écrire à la Cité des Arts.

“Je sais que la mobilisation de cofinancements peut prendre du temps pour un projet de cette envergure. Je ne le blâme pas. Mais nous attendions un retour de sa part”, explique de son côté Raphaël Buhot, le directeur de production. “Pendant un an, c’était le silence radio, aucune nouvelle du Théâtre Vollard. Il sollicitait des financements publics auprès de la région Réunion et ce projet dépendait de ça. Il y avait trop d’incertitudes sur la viabilité de ce projet. Entre temps on s’est engagé sur des projets aboutis sur le montage financier et la programmation du second semestre de l’année s’est clôturée.”

“Une porte reste ouverte sur 2025”

“Je regrette qu’il le prenne pour une déprogrammation”, signifie Raphaël Buhot. “Il y a eu un gros malentendu, on est plus sur un mauvais timing.” Il reconnait avoir fait part de son intérêt de programmer l’opéra lorsque Emmanuel Genvrin et Jean-Luc Trulès lui ont fait part de leur projet “début 2023”. La période de novembre 2024 avait alors été désignée. Mais rien n’avait été signé, et selon la Cité des Arts, “la programmation de ce projet n’a jamais été confirmée, nous n’avions d’ailleurs pas encore abordé les questions d’ordre financier”.

La Cité des Arts assure n’avoir aucun problème “sur le fond” avec le Théâtre Vollard. L’équipe de direction met en avant le soutien conséquent qui avait été apporté à l’opéra Fridom en 2018. “Nous étions intervenus en coproduction de ce projet de création audiovisuelle”, nous avions mis à disposition des espaces, du matériel de travail, des équipes techniques, ainsi qu’un soutien numéraire.”

“Nous avons essayé, malheureusement, il nous est impossible d’ajouter des diffusions supplémentaires pour ce second semestre”, ajoute Fabienne Hoarau, directrice générale déléguée. “Une porte reste ouverte sur 2025. Bien sur, il faut reprendre les discussions, tout dépendra aussi des conditions financières attendues de la part de la Cité des Arts.”

Jéromine Santo-Gammaire

+

Théâtre Vollard

Des avis différents sur la situation actuelle.

Vollard VS Cité des arts

A propos de l'auteur

Jéromine Santo Gammaire | Journaliste

En quête d’un journalisme plus humain et plus inspirant, Jéromine Santo-Gammaire décide en 2020 de créer un média indépendant, Parallèle Sud. Auparavant, elle a travaillé comme journaliste dans différentes publications en ligne puis pendant près de quatre ans au Quotidien de La Réunion. Elle entend désormais mettre en avant les actions de Réunionnais pour un monde résilient, respectueux de tous les écosystèmes. Elle voit le journalisme comme un outil collectif pour aider à construire la société de demain et à trouver des solutions durables.