Sur le QG Zazalé, Les combats sont nombreux : défense de la nature, souveraineté alimentaire, valorisation de la langue et de la culture, lutte décoloniale et contre la flambée actuelle des loyers et des prix, contre la sur-consommation etc.

Désobéissance civile dans l’ADN

[A QUOI RÊVENT LES ZAZALE 3/5]

Depuis le 3 janvier 2019, le groupe d’activistes s’est installé sur le rond-point à l’entrée de la ville du Tampon, pour dénoncer les injustices et mettre en avant un autre modèle de société. Récupérer et redistribuer nourriture et vêtements font la popularité du mouvement comme nous le racontions dans le deuxième épisode de cette série. Mais ce qui fait l’ADN du lieu, c’est avant tout le militantisme. A travers le podcast de ce troisième épisode, en partenariat avec Radio Nova, nous explorons le mode d’action original de ce lieu qui sort des cadres.

Défense de la nature, souveraineté alimentaire, valorisation de la langue et de la culture, lutte décoloniale et contre la flambée actuelle des loyers et des prix, contre la sur-consommation etc. Les combats des militants du rond-point sont nombreux. Dans ce troisième épisode de notre série « A quoi rêvent les Zazalé », vous entendrez Ludovic, Xavier, Boris, Olivier et Pierre. Ils témoignent de leur vision du militantisme version QG Zazalé. Chacun à sa manière. Pour certains, le QG Zazalé est un groupe « qui ose », bouscule un peu les institutions dans leur ronron. Pour d’autres, il faudrait aller plus loin.

Mais jusqu’où est-il possible d’aller quand on décide d’emprunter la voie de la désobéissance civile, la voie de l’opposition, de la confrontation ?

  • Sur le QG Zazalé, Les combats sont nombreux : défense de la nature, souveraineté alimentaire, valorisation de la langue et de la culture, lutte décoloniale et contre la flambée actuelle des loyers et des prix, contre la sur-consommation etc.
  • Sur le QG Zazalé, Les combats sont nombreux : défense de la nature, souveraineté alimentaire, valorisation de la langue et de la culture, lutte décoloniale et contre la flambée actuelle des loyers et des prix, contre la sur-consommation etc.
  • Sur le QG Zazalé, Les combats sont nombreux : défense de la nature, souveraineté alimentaire, valorisation de la langue et de la culture, lutte décoloniale et contre la flambée actuelle des loyers et des prix, contre la sur-consommation etc.
  • Sur le QG Zazalé, Les combats sont nombreux : défense de la nature, souveraineté alimentaire, valorisation de la langue et de la culture, lutte décoloniale et contre la flambée actuelle des loyers et des prix, contre la sur-consommation etc.
  • Sur le QG Zazalé, Les combats sont nombreux : défense de la nature, souveraineté alimentaire, valorisation de la langue et de la culture, lutte décoloniale et contre la flambée actuelle des loyers et des prix, contre la sur-consommation etc.

Sur la page facebook suivie par 40 000 abonnés, les vidéos où on voit les gendarmes sont celles qui totalisent le plus de vues. Depuis trois ans, le groupe cumule 18 000 euros d’amendes et de nombreuses garde à vue. Les procédures judiciaires se terminent bien souvent par des relaxes, stages de citoyenneté ou heures de travaux d’intérêt général. Avec des interdictions de se rendre en manifestations. Pas grand chose, on pourrait dire. Mais l’énergie dépensée est considérable et la fatigue est bien là.

En interne, les combats du groupe, portés par un noyau dur, font débat. Ne sont pas toujours partagés par tous. C’est le propre d’un collectif sans chef. Mais ces différences font corps, l’intérêt du groupe passe au-delà disent-ils de considérations individuelles. Il existe bien une façon d’agir propre à ce mouvement.

Il y a l’extérieur du rond-point et l’intérieur. Deux mondes à part qui se nourrissent, s’interpénètrent, dialoguent, de manière agitée parfois. L’exposition sur les réseaux sociaux confère au groupe une visibilité parfois bienvenue, parfois compliquée à gérer, gênante. Elle suscite beaucoup de réactions, notamment dans les commentaires.

C’est une des singularités du QG Zazalé à la Réunion. Un nouveau genre de militantisme qui mêle actions spontanées et médiatisation, tranche avec les méthodes traditionnelles de syndicats ou associations, en direct sur les réseaux sociaux.

Les images ont été prises par Ysabelle Gomez au moment du passage de la Caravane de la liberté autour du rond-point. Pour découvrir le travail de la photographe, vous pouvez visiter son site internet.

Jéromine Santo-Gammaire

A propos de l'auteur

Jéromine Santo Gammaire

En quête d’un journalisme plus humain et plus inspirant, Jéromine Santo-Gammaire décide en 2020 de créer un média indépendant, Parallèle Sud. Auparavant, elle a travaillé comme journaliste dans différentes publications en ligne puis pendant près de quatre ans au Quotidien de La Réunion. Elle entend désormais mettre en avant les actions de Réunionnais pour un monde résilient, respectueux de tous les écosystèmes. Elle voit le journalisme comme un outil collectif pour aider à construire la société de demain et à trouver des solutions durables.

Sur le même thème