[Édito] La pauvreté c’est bien quand on ne la voit pas

La mairie de Saint Pierre a quand même répondu au tôlé qu’elle a elle-même déclenché en interdisant dans un arrêté effectif depuis le 15 juillet dernier aux mendiants de mendier jusqu’au 30 août. Mais on se demande si elle ne s’enfonce pas.

Le détachement teinté de snobisme, qui émane tant de la décision que des tentatives d’argumentation, montre bien qu’on se trouve à l’intersection de deux mondes. Le monde d’en haut regarde en bas avec un air de dégoût, obligé jusqu’alors de tolérer une présence qu’il juge indécente, comme quoi, tout est question d’où on regarde.

Qu’est ce qui est indécent ?

La pauvreté ça pue et ça ennuie les braves gens. On se croirait presque au Moyen Âge.

On subventionne une ou deux associations pour avoir la conscience tranquille ou peut-être pour la forme.

Quels sont les résultats ?

Plutôt que de tenter de résoudre un problème complexe, ce serait plus simple de l’effacer du paysage.

Et puis dans la société où tout coûte de plus en plus cher, il ne faudrait pas qu’on ait de plus en plus de pauvres en train de « déféquer » dans nos rues. La pauvreté c’est bien quand on ne la voit pas. Bien sûr, la mairie n’attaque pas les pauvres, comme elle le dit, il n’y a rien de personnel là dedans.

L’idéal serait quand même de lever toute ambiguïté et supprimer l’arrêté.

➡️ Une pétition a été lancée sur internet : https://www.change.org/…/contre-l-arr%C3%AAt%C3%A9…

Jéromine Santo-Gammaire

arrêté anti mendicité de la mairie de Saint-Pierre

Parallèle Sud est un nouveau média réunionnais, indépendant. 🌾 Il a vocation à vivre uniquement des dons de ses lecteurs. Pour contribuer à son existence pérenne, vous pouvez faire un don ponctuel ou mensualisé, du montant que vous voulez. Ce don est défiscalisable à 66%. ⬇️

A propos de l'auteur

Jéromine Santo Gammaire

En quête d’un journalisme plus humain et plus inspirant, Jéromine Santo-Gammaire décide en 2020 de créer un média indépendant, Parallèle Sud. Auparavant, elle a travaillé comme journaliste dans différentes publications en ligne puis pendant près de quatre ans au Quotidien de La Réunion. Elle entend désormais mettre en avant les actions de Réunionnais pour un monde résilient, respectueux de tous les écosystèmes. Elle voit le journalisme comme un outil collectif pour aider à construire la société de demain et à trouver des solutions durables.

Sur le même thème