uniforme scolaire

[Nout reportaz] Favorable ou défavorable au port de l’uniforme scolaire ?

LES APPRENTIS JOURNALISTES DU LYCEE PIERRE LAGOURGUE AU TAMPON

Nous publions chaque semaine les articles réalisés par les élèves de la 2nde 4 du lycée Pierre Lagourgue au Tampon. Une équipe de Parallèle Sud y a effectué sept séances, à raison d’un atelier tous les lundis de janvier à février. Ces interventions, soutenues par leur professeur Morgane Illiaquer, ont permis aux élèves d’interviewer les personnes de leur choix, venues de l’extérieur du lycée ou travaillant déjà dans l’établissement. Les lycéens ont ensuite restitué ces interviews sous la forme d’un article ou d’une vidéo. Le cinquième article que nous publions s’interroge sur l’utilité de mettre en place le port de l’uniforme scolaire.

Certains établissements ont souhaité adopter l’expérimentation du port de l’uniforme scolaire, mais se sont retirés de ce projet à la dernière minute. Dans le quartier de Trois Mares au Tampon, les avis sont partagés. Dix personnes, dont six lycéens, un professeur, la cheffe d’établissement du lycée Pierre Lagourgue et deux parents du quartier ont donné leur opinion sur ce sujet.

En interrogeant les lycéens, deux étaient favorables contre quatre défavorables à la tenue unique : « Cela permettrait de réduire les inégalités entre les élèves » dit un lycéen. Une autre lycéenne favorable pense que la généralisation de l’uniforme pourrait aboutir à quelque chose de bien.
« Je n’y trouve aucune utilité » répond un élève défavorable. Puis une autre raconte que ce n’est pas une bonne chose pour le lycée.

Un professeur interrogé pense qu’il y a un intérêt pour ceux qui viennent « trop décontractés ». De plus, il souhaite que si le port de l’uniforme est appliqué, il devrait aussi être obligatoire pour les enseignants et les membres du personnel.

« Je trouve que les uniformes scolaires sont très bien, […] il n’y aura plus de différence de classes sociales, et moins d’inégalité entre les élèves si tout le monde est égal », exprime un parent du quartier. Un autre parent d’élève partage le même avis et pense que le port de l’uniforme scolaire réduirait les discriminations et développerait une union entre les élèves.

Enfin, la cheffe d’établissement du lycée Pierre Lagourgue a pu aussi se prononcer sur ce sujet et dit qu’elle s’appuiera sur l’avis des élèves avant de prendre la décision finale de l’expérimentation. Elle ajoute que dans sa jeunesse, elle a connu des situations discriminantes sur ce qui concerne le style vestimentaire des autres : « Le port de l’uniforme pourrait faire en sorte que ce ne soit plus un sujet de souffrance ».

Si le port de l’uniforme scolaire est mis en place, les élèves de ce lycée ou même des parents tenteraient-ils d’enfreindre le règlement ? Tous ne le feraient pas visiblement : « J’aurais peur d’être collée, […] cependant, s’il y a une manifestation contre l’uniforme, je viendrai sans » dit une élève.
« Ça dépend de la qualité des uniformes » répond un autre. Une interviewée estime que si le règlement est fait ainsi, il faut le respecter et ne pas essayer d’aller à l’encontre.

Ainsi, nous observons que les avis sont mitigés, avec 40% d’avis favorables et 60% d’avis non favorables. Les élèves comme les adultes ont des opinions différentes sur cette expérimentation, mise en place par le ministre de l’éducation – devenu depuis premier ministre – Gabriel Attal.

Écrit le 26/02/24
SAUTRON Mathis
RANDRIANTSALAMA Maria
GUILLOU Thibault
LEBON Keryan

Chaque contribution publiée sur le média nous semble répondre aux critères élémentaires de respect des personnes et des communautés. Elle reflète l’opinion de son ou ses signataires, pas forcément celle du comité de lecture de Parallèle Sud.

A propos de l'auteur

Kozé libre

A Parallèle Sud nous nous faisons un devoir de libérer la parole, de la partager, sous quelque forme que ce soit (texte, vidéo, son, BD...). Chaque lecteur peut être acteur et créer l'information. Celle-ci est relue par le comité de lecture de Parallèle Sud avant d'être publiée dans la Libre expression.